Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 10:29

La grande tâche de gouverner une vie fructueuse commence avec les choses les plus ordinaires, les menus travaux, en apparence futiles, de la vie quotidienne, car le tout est pareil à la partie, et celui qui est maître de l'instant présent, sans ce soucier de l'avenir, est maître de sa journée, et finalement de sa vie entière. (...)

 

Toute notre vie est faite de petits riens.

 

Karl Otto Schmidt, écrivain allemand (1904 - 1977)


Partager cet article
Repost0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 20:57

Quand une situation te repousse ou t'attire, tu es sous son contrôle.

 

Ce n'est ni bien ni mal, c'est ainsi.


Partager cet article
Repost0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 10:09

Aujourd'hui, nos ordinateurs  ont des processeurs avec double coeurs, quadruple voire plus. En deux mots les machines ont de plus en plus de coeurs.


Voilà qui est très inspirant...

 

A défaut d'en avoir plusieurs, puisse le coeur de l'Homme grossir autant que celui des machines qu'il utilise.

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 09:39

L'argent est un moyen. Mais si pour toi il devient une fin en soi, les autres auront le moyen d'arriver à leurs fins avec toi.


Cette fin en soi sera la fin de Toi...

 


Partager cet article
Repost0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 17:23

Celui qui voit un problème et ne fait rien fait partie du problème.

 

Gandhi

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 21:40

 

 

Si l'on veut profiter de sa journée, il vaut mieux se lever de bonheur....

 

 

 

 

 

P.S. cette phrase m'a été inspiré par le lapsus fait par un ami. Merci Claude.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 21:06
Comme beaucoup, je ne détients aucune vérité sur cette grippe, par contre il y a beaucoup de questions que je me pose. Je ne ferai donc pas un article pour vous dire s'il faut se faire vacciner ou pas, je vais me contenter de poser des questions, on ne sait jamais je pourrai avoir des réponses.

1) Nous avons vu lors des attentats à l'antrax aux USA les autorités dire au laboratoires qu'ils s'autorisaient à fabriquer les remèdes de manière génériques pour des raisons de santé publiques. Pourquoi dans le cas de la grippe, seuls les laboratoires pouvant toucher des royalties sont autorisés à fabriquer des vaccins, et pas tous les laboratoires du monde pour faire face à un vrai problème de santé publique?

2) Personne n'accepterai d'acheter une voiture non garantie. Pourquoi les laboratoires ont demandé l'imunité juridique s'ils ont confiances en leur vaccin? Le risque de poursuite est donc si grave que ça? dans la mesure où il passe leurs temps à dire que la balance risque/bénéfice est bien onrientée. Au regard des milliards qu'ils vont toucher, si il y a quelques cas d'effets secondaires pourquoi ne pas en accepter les conséquences?

3) Le vaccin protège t-il ou pas? car lorsque on nous demande de nous faire vacciner pour ne pas contaminer les autres, si les autres sont vaccinés pourquoi nous dire qu'on va les contaminer si on ne se fait pas vacciner?

Maintenant, de manière générale, et là, il ne s'agit que d'une réflexion personnelle, nous avons vu ces dernières années  apparaitre de sérieux problèmes de santé publique, à chaque fois liés à l'élevage industriel.

ESB pour les vaches
H5N1 pour la volaille
H1N1 pour le porc

On sait que ces conditions d'élevages sont une vraie catastrophe sanitaire. Que les animaux sont obligés d'être gavés d'antibiotiques car le moindre virus dans un élevage se multiplie à une vitesse vertigineuse compte tenue de la densité des animaux au mètre carré. Il y a de forte chance que ces problèmes se multiplient, les virus devenant de plus en plus resistants aux traitements infligés aux animaux. Il serait peut être temps de prendre conscience que la surconsommation de viande a des effets pervers qui deviennent de plus en plus desastreux. J'ai parfois l'impression que les autorités sont en train de réaliser que les problèmes ne font que commencer, que nos élevages indstriels sont des bombes à retardement mais qu'il est plus rentable de chercher des remèdes à vendre que de mettre un terme à ces élevages contre-nature.

en attendant, si vous ne savez pas si vous devez vous faire vacciner ou pas, voici un site avec quelques infos pratiques:

http://www.remedes-naturels-grippe-a.fr/

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 20:50
Ce n’est bien sûr qu’une image, mais dans nos villes modernes faites de béton et d’acier, bien souvent, le seul horizon que nous ayons lorsque nous nous penchons par la fenêtre, n’est rien d’autre que la fenêtre du voisin. Bien que l’observer puisse constituer une occupation (pas forcement saine) en soi, en général c’est vers une autre fenêtre qu’on se tourne plus volontiers. Plus petite, on ne s’y penche pas, mais l’on s’y noie facilement. Bien qu’on ne puisse pas la franchir, c’est par elle que beaucoup s’évadent, tirent un rideau sur leur quotidien et se laissent porter par ce qu’ils y voient.

Ce n’est pas un gros suspens, c’est de la télévision qu’il s’agit.

Sans connaître l’origine du mot “chaîne de télévision”, lorsqu’on regarde le rapport qui lie le téléspectateur à cet objet, le mot chaîne est admirablement bien choisi. Maintenant que le nombre de chaîne explose, chacune est une occasion supplémentaire de rester un peu plus devant. S’il est difficile de continuer à lire un livre qu’on ne veut pas lire, il est par contre plus facile de rester devant un programme qui ne nous intéresse pas. Sans expliquer le pouvoir de fascination que la télé exerce sur celui qui la regarde, nous en mesurons tous la puissance.

Les images s’avalent sans réfléchir, petit à petit notre conscience et les images ne font plus qu’un, ce que nous voyons, devient ce que nous pensons. Le flot tumultueux de nos pensées s’harmonise petit à petit avec le flot d’images. Les pensées domptées, la volonté se fait discrète. C’est à ce moment là qu’on passe en mode éponge... On s'imprègne de ce qu’on nous montre. Comme disait le patron de TF1, notre cerveau devient disponible pour absorber les réclames qui conditionneront nos achats aux prochaines courses. Arrivé au rayon frais, nous associerons la pizza congelée de la marque tartanpion avec les belles images de pizza moelleuse qu’on a gentiment rangé dans un coin de notre cerveau.

La télévision influence notre quotidien, que ce soit par la publicité ou par les sujets de discussions qu’elle suscite. Bien sûr, on va tous dire qu’on reste libre de penser ce qu’on veut, de faire nos propres choix, mais les faits sont là.  On dépense des milliards par ans pour mettre des images dans notre cerveaux. Ne doutez pas que ça marche...

Récemment, il y a eu les élections européennes. Juste avant le scrutin, il a été diffusé le film Home de Yan arthus Bertrand. Dès le lendemain, les politiques criaient au scandale, car la projection a influencé le scrutin. Ça en dit long sur le pouvoir de l’image... si un simple film projeté une seule fois peut changer un scrutin, imaginez une pub visionnées des dizaines voire des centaines de fois, ou une actualité qu’on rabâche sans cesse...

Il n’est pas aberrant de penser que la télévision influence aussi notre moral. Le journal télévisé que beaucoup regardent n’est qu’un catalogue de tristes nouvelles, qui alimentent les discussions du lendemain. Sans le vouloir, nous devenons le relais de ces mauvaises nouvelles et nous entretenons la sinistrose ambiante. Et c’est bien dommage, car en ce moment nous aurions plutôt besoin du contraire!

C’est un peu pour toutes ces raisons que je ne regarde jamais la télé. Je trouve d’ailleurs que le monde va beaucoup mieux lorsqu’on éteint la télé... Je ne suis pourtant pas coupé du monde car je surfe régulièrement sur les sites d’informations, mais le soir, je préfère faire autre chose que me mettre devant le petit écran. Je n’ai pas spécialement envie d’être le relais des mauvaises nouvelles dont la télé déborde, je préfère chercher des bonnes nouvelles et les partager.

En faite pour avoir une vision de l’actualité mondiale ou française, j’utilise ce site

http://newsmap.jp/

en un coup d’oeil on voit ce qui domine dans l’actualité. ça me permet de rendre mon cerveau disponible pour d’autres choses que je choisis.

Dans l’absolue, je n’ai rien contre la télé, je constate juste que la vie est différente lorsqu’elle reste éteinte. La pensée n’est plus guidée mais libre, nous ne sommes plus téléspectateur mais acteurs, les échanges avec nos proches sont plus nombreux, notre esprit redevient plus critique...

Pour garder l’image du début, éteindre la télé, c’est un peu comme enlever ses chaînes... et redevenir libre...

Partager cet article
Repost0
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 22:14
Parfois je me demande quelle définition nous devons donner au mot démocratie...

L’exemple du projet de loi Hadopi qui vient d’être rejetée à l’assemblé m’interpelle quelques peu...

Ce projet de loi, quasiment personne n’en veut. Ni les députés, ni le peuple. C’est une idée qui vient d’en haut, pour rendre service à quelques majors du disque qui peinent à trouver un modèle économique viable dans l’environnement technologique d’aujourd’hui.

Comme personne n’en veut, personne n’en envie de voter pour, sauf évidemment les fidèles. Donc pour ne pas froisser le tout-puissant beaucoup de députés de la majorité ont préféré aller boire un verre au moment du vote.

Les député qui ont suivis les recommandations d’en haut, se sont offusqués de la stratégie de l’opposition consistant à faire venir quelques députés à la dernière minute. Toutefois, si ces députés de l’opposition ne s’étaient pas présentés, la loi serait passée avec seulement 15 voix pour...

Première question:
A t-on le droit de faire passer une loi avec seulement 15 députés dans une démocratie digne de ce nom?

L'absentéisme des députés s’explique en grande partie par leur opposition au texte. 

A peine rejeté, le gouvernement s'empresse de dire que la loi sera représentée à l’assemblée. Il y a peu de chance pour que les députés changent d’avis, mais comme ils doivent allégeance à leur souverain, ils seront contraints d’être présents et voter OUI. Et ce, jusqu’à ce que la loi passe...

Deuxième question:
Est-ce vraiment le fonctionnement d’une démocratie que de présenter et représenter une loi jusqu’à ce qu’elle soit adoptée? A t-on encore le droit de dire NON?

Maintenant, comprenons bien le problème de fond. On accuse le piratage de provoquer un manque à gagner pour ces grands “mécènes” de la culture... Alors qu’en fait, le véritable problème, c’est que ces sociétés n’ont pas su évoluer à temps pour s’adapter à la nouvelle économie et les nouvelles façons de consommer la culture. Ils ne savent pas innover et en appelle au gouvernement pour continuer à faire du profit non mérité.

Le chanteur Cali l’a dit lui-même, “quand on voit le prix du CD ce sont nous les voleurs...” C’est un véritable problème, un disque coûte vraiment trop cher par rapport à ce qu’il représente. ça c’est le premier point.

Deuxièmement, les Majors ont longtemps choisi la facilité de faire des compils et des remix plutôt que de pousser de nouveaux talents. Le catalogue à eu du mal à se renouveler car pendant longtemps ils n’ont cherché que l’argent facile.

Troisièmement, les majors ont déjà obtenu une taxe sur tous les supports numériques, ce qui leurs rapporte déjà de l’argent sans rien faire. C’est-à-dire qu’aujourd’hui, vous achetez un ordinateur, vous payez une taxe sur votre disque dur, même si vous n’avez pas de musique dessus. Vous gravez un CD avec les photos de tante Yolande, vous payez aussi une taxe aux majors sur votre CD vierge. Idem pour les DVD, cartes mémoires etc. Cette taxe est un droit à la copie privée que nous payons en permanence alors que nous ne faisons rien. Alors si de temps en temps quelqu’un télécharge une musique pour l’écouter, où est le mal..?

Quatrièmement, ce que ne comprennent pas les Majors c’est que la manière de consommer la culture a changée. Avant les majors avaient un rôle majeur dans la promotion des artistes. aujourd’hui, ce n’est plus vrai. Et globalement le schéma qui se dessine c’est celui où les artistes feront appel à un studio d’enregistrement pour faire leur disque et l’artiste en assurera lui-même la promotion et la diffusion via le net. Comme l’a fait le chanteur Grégoire. C’est ce qui fait peur aux majors du disque.

Le métier d’un artiste, c’est le spectacle, ce sont les concerts, le contact direct avec le public. Et pour que les salles se remplissent il faut que les musiques se diffusent... car franchement. Le piratage empêche t-il les chansons de passer à la radio, la télé etc..? bien sûr que non. D’ailleurs pourquoi ne pas se demander combien de disques a fait vendre le piratage? combien d’artistes se sont fait connaître par ce biais? Certainement des questions qui dérangent...

Le piratage n’est que la réponse logique du peuple aux majors qui nous prennent pour des vaches à lait.




Partager cet article
Repost0
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 13:59
Il paraît que les scientifiques s'interrogent encore pas mal sur la disparition des dinosaures. Une météorite, un changement climatique, ou que sais-je encore. C'est important de savoir pourquoi les dinosaures ont disparu...

Pourtant, les scientifiques peuvent se réjouir, car si pour les dinosaures on doute encore, nous avons une certitude sur la cause qui provoquera certainement la disparition de l'espèce humaine... sa propre bêtise...



Partager cet article
Repost0