Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 13:42

La pression exercée par les mouvements pour l'abolition de la corrida n'a jamais été aussi forte qu'en 2013. Et n'en déplaise au milieu taurin, 2014 devrait être plus intense encore. Le mouvement est en marche et rien ne semble pouvoir l'arrêter. Contrairement à ce qu'on voudrait bien faire croire, ce mouvement n'est pas qu'un simple mouvement animaliste. C'est aussi un mouvement porté par l'envie d'une société plus humaine basée sur des valeurs qui excluent la torture animale du champ de la démocratie.


D'après le droit français la corrida est un acte de torture condamnable. La loi en effet interdit toute pratique de torture sur les animaux. Si aujourd'hui la corrida se pratique dans quelques régions françaises, c'est grâce à la présence d'un alinéa ajouté au texte de loi. Cet alinéa valide le fait que la corrida est une torture mais que l'état français ferme les yeux sur cette pratique d'un autre âge. Et c'est toujours grâce à cet alinéa qu'à chaque fois qu'une personne du milieu taurin prend la parole c'est pour dire : la corrida est légale !


Pour le monde taurin, cet alinéa est intouchable et immuable. La société doit rester ancrée dans le passé et autoriser cette pratique barbare jusqu'à l'extinction de l'Humanite. Pourtant, la loi n'est pas quelque chose de statique. Elle évolue dans le temps en même temps que la société. Ce qui est vrai un jour peut ne plus l'être le jour suivant.


Et justement, voilà maintenant des années que la corrida n'est plus en phase avec la société. Une grande majorité la rejette et la trouve non conforme aux valeurs de la République. Fermer les yeux sur un acte de torture crée un vrai malaise. L'injustice que représente le maintient de cet alinéa est de plus en plus manifeste et beaucoup d'entre nous ne peuvent plus l'accepter.


La chance du milieu taurin c'est d'avoir des relais solides dans le pouvoir. Grâce à eux, toute volonté de remettre en cause la légitimité de cet alinéa s'est soldé par un échec jusqu'à présent. Personne n'est surpris d'apprendre que ceux qui font de la politique pour l'amour du pouvoir se délectent de ce genre de pratique qui donne le sentiment de puissance, de pouvoir de vie ou de mort sur un être sensible. Elle se situe là la fracture entre les politiques et le peuple. Un nombre non négligeable d'assoiffés de pouvoir défendent la corrida en haut lieux alors que le peuple la rejette en masse. C'est certainement dans cet abus de pouvoir qu'il faut trouver les causes de l'intensification du mouvement pour l'abolition. Puisque les politiques n'ont pas le courage ou la volonté de s'occuper du problème, c'est le peuple qui remet la question taurine à l'ordre du jour de ce qui nous gouvernent.


Il est à noter que si la loi ferme les yeux sur la barbarie des arènes, elle donne aussi au peuple la liberté d'expression. Et comble de l'ironie, le monde taurin qui rêve d'une loi figée pour l'éternité concernant ses pratiques barbares, n'hésite pas à demander aux pouvoirs publics de revoir la loi pour enlever au peuple sa liberté d'expression pour ne plus être gênés lorsqu'il torture. Triste paradoxe...


Il est donc temps que le monde taurin réalise que leur jeu barbare n'est plus en phase avec la société, que la société aspire à plus de compassion envers le vivant, qu'aujourd'hui il est temps de mettre en cohérence la loi avec l'esprit et les aspirations du peuple. Le monde taurin doit comprendre que le mouvement pour l'abolition n'est pas un simple mouvement animaliste comme il aime à le répéter. C'est d'ailleurs dans sa stratégie de défense de faire croire que ceux qui défendent les taureaux haïssent les hommes. Une logique binaire répétée à tout bout de champ : "si t'es contre la corrida tu détestes les hommes." Rien n'est moins vrai tant on trouve dans les rangs des abolitionnistes des gens qui œuvrent pour la compassion au sens large, englobant l'Homme et l'Animal.


Certains députés ont compris la nécessité de mettre fin à cette pratique. Aujourd'hui une nouvelle proposition de loi est prête à être présentée à l'assemblée. Si les précédents projets de loi n'avaient pas trouvé l'écho nécessaire auprès des autres députés pour espérer être examiné, aujourd'hui la pression maintenue par le mouvement abolitionniste fait que cette question est devenue une question d'actualité. Lorsque à chaque corrida il est nécessaire de faire intervenir les forces de l'ordre et déployer des moyens disproportionnés pour qu'une poignée d'aficiodanos puissent se réjouir d'un spectacle de torture, nos députés doivent s'interroger sur la légitimité d'une telle pratique.


Aujourd’hui nous pouvons apporter une aide sérieuse à ce texte de loi en contactant nos députés pour leur faire comprendre une bonne fois pour toute que la corrida fait partie du passé. Pour se faire, rien de plus simple. Il suffit d’envoyer un mail à son député. Si vous n’avez pas son adresse et si vous ne savez pas qui est votre député vous pouvez trouver facilement tout ça à l’adresse suivante :


http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/departements.asp


Aussi surprenant que cela puisse paraitre un grand nombre de personnes ont peur de contacter leur député. Pourtant un député est le relais entre le peuple et le pouvoir, le fonctionnement de nos institutions prévoit donc que chaque député puisse être contacté par ses citoyens. Nous ne devons jamais hésiter à le faire.

Pas besoin de faire une longue prose, quelques lignes stipulant que vous soutenez le projet de loi qui met
un terme à la corrida suffisent.

Le texte de loi est celui-ci :


http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1448.asp


Si nos mails sont assez nombreux, la pression exercée par le peuple sera à même de contrer la pression exercée à l’intérieur du pouvoir pour maintenir la corrida. Notre mobilisation par mail doit être la suite logique de notre mobilisation face aux arènes. C’est ainsi que nous pourrons espérer mettre fin à ces massacres.


Le mouvement abolitionniste, que certains aimeraient faire passer pour liberticide et violent tire donc la société vers le haut. Il invite la société à plus de compassion, de respect envers le vivant, humain comme animal. Tous les marqueurs de la société indiquent qu'il faut en finir avec cette pratique. Le peuple est majoritairement contre et aspire sincèrement à une culture non violente. Le seul obstacle qui demeure c'est la forte présence du milieu taurin dans le gouvernement. Et sans la détermination du mouvement abolitionniste il est quasi impossible de faire discuter la question taurine à l'assemblée. Le peuple qui se mobilise pour l'abolition est un soutien plus que nécessaire aux députés qui présentent le projet de loi pour mettre fin à cette barbarie. Sans la rue qui s'impatiente, les députés complices vont traîner les pieds tant qu'ils le peuvent.


Construisons une société plus humaine.

Repost 0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 20:50

Le 11 et 12 mai, nous avons été nombreux à manifester pour l'abolition de la corrida. Par notre présence, nous nous sommes élevés contre cette pratique barbare que certains cachent derrière le mot culture. Cacher c'est bien le mot. Car aujourd'hui encore un trop grand nombre de personnes pensent que le taureau n'est pas mis à mort lors des corridas. Idée résultant de la propagande tauromachique qui parle de culture, tradition, symbole, esthétique, "danse" etc. Et les photos et vidéos montrées sont également très souvent édulcorées pour ne montrer qu'une partie de ce qui se passe dans les arènes. On y voit un homme en habit de lumière "danser" avec un taureau, des gens qui ovationnent et applaudissent etc.

Pour ces raisons bon nombres pensent que les corridas ne sont qu'un jeu avec le taureau et qu'elles sont exemptes de mise à mort. C'est pour les mêmes raisons qu'aujourd'hui je diffuse les images de ce qui c'est passé derrière les murs des arènes d'Alès pendant que nous défilions pour que cette barbarie cesse.

Se mobiliser pour l'abolition de la corrida est utile. Car la corrida est un véritable verrou qui bloque l'évolution de la société. Tant qu'une société sera capable de torturer juste pour le plaisir on ne pourra faire évoluer les mentalités vers plus de compassion pour tous les êtres. Car dès que vous souhaitez agir sur un autre axe on vous rétorque souvent que c'est moins grave que la corrida qui n'est qu'un acte de barbarie gratuit.

Alors à tous ceux qui pensent qu'il n'y a pas de mise à mort dans une corrida, regardez la vidéo ci-dessus et n'hésitez pas à la faire passer à ceux qui pensent ainsi.

L'information est la seule arme que nous avons pour combattre cette barbarie.

Soyez des vecteurs de la vérité.

Repost 0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 23:00

Samedi 20 Octobre, 14h  place du palais Royal à Paris, rassemblement pour demander l'abollition de la corrida, tradition barbare à laquelle nous devons mettre un terme.

 

Inutile de vous dire la deception qui est la mienne après l'avis rendu par le conseil constitutionnel le 21 septembre qui considère que la corrida est conforme à la constitution. La première chose qui me vient à l'esprit après cette décision ridicule, ce sont les mots de Thomas Jefferson:

 

Quand l'injustice devient la loi, résister devient un devoir.

 

La question est comment résister? La violence n'a jamais été une réponse et hors de question de rester passif devant cette décision injuste à plus d'un titre.

 

Torturer pour le plaisir n'a rien de conforme à la constitution, si nos sages, qui pour le coup passent plutôt pour des lâches affirment le contraire, c'est pour des raisons pour le moins douteuses. La majorité des citoyens refusent en bloc cette tradtion qui n'en est pas une. D'ailleurs nous nous livrons à une vrai guerre du langage.

 

D'un côté nous avons des lobbies taurins qui disent:

 

- respectez notre traditions

- respectez notre culture

 

et c'est vrai que dit comme cela, on a tous envie de dire, oui le respect des traditions et des cultures c'est primordial. Mais ce n'est qu'une façon d'enrober la barbarie de cette soit disante tradition.

 

Les anti-corrida passent ainsi pour des anti quelque chose, et c'est clair qu'on n'aime pas les "anti", l'esprit humain ayant toujours un rejet naturel pour tout ce qui est négatif. De ce fait, ceux qui ne connaissent pas vraiment la corrida vont spontanement se placer derrière les jolis mots: respect de la culture et des traditions.

 

si on disait les choses telles qu'elles sont vraiment, les massacreur de taureaux devraient dire:

 

Laisser nous torturer notre taureau, laissez nous le mettre à mort comment on veut, laissez nous nos jeux barbares..

 

S'ils utilisaient ces éléments de langages, ceux qui n'ont qu'une vue superficielle de la corrida ne seraient plus enclin à la tolérer la corrida.

Et les anti, au lieu d'être anti quelque chose, deviendraient naturellement des abolitionnistes de ces pratiques barbares. Le mot "abolition"  ayant une connotation plus positive dans l'esprit des gens. en effet des sloggans comme:

 

- Abolition de la torture envers les animaux

- Respect de la vie

 

parlent beaucoup plus à la sensibilité des gens que "non à la corrida"

 

en tout cas, aujourd'hui, le plus important est de dire à nos politiques qu'ils sont en train de faire des mauvais choix, de dire au conseil des lâches que leur décision est cynique voire abjecte, qu'ils sont loin de la sagesse qu'ils revendiquent.

 

Ce grand rassemblement de prévu est donc l'occasion de manifester notre refus de cette tradition barbare. C'est notre façon de résister, de ne pas céder, de ne pas ce dire " de toute façon ont n'y peut rien". Nous avons encore des cartes à jouer, la question de la corrida devant  être traitée à l'assemblée. Plus nous seront nombreux, plus nous pourrons convaincre les députés d'avoir le courage que les membres du conseil constitutionnel n'ont pas eu.

 

Soyez donc nombreux à nous rejoindre, soyons nombreux à résister.

 

 

fuck corrida

Repost 0
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 21:12

Après avoir écrit un mail à mon député (voir article ci-dessous), je me suis dit qu'écrire à l'Elysée permettrait d'en remettre une couche.

 

 

Monsieur le président,

c’est avec beaucoup d'effroi et de tristesse que j’ai découvert les évènements du 8 octobre 2011 dans les arènes de Rodilhan. Arènes qui sont devenues le théâtre d’une effroyable violence à l’encontre de militants pacifiques venus demander l’abolition de la corrida. Les militants enchainés au centre de l’arène se sont vu violemment pris à partie par des aficionados déchainés, des femmes se sont vues humiliées, par des coups, des crachats, certaines se retrouvant même presque nues après s’être fait arracher leurs vêtements par des aficionados à la moralité plus que douteuse. Je souhaite de tout coeur que le nécessaire soit fait pour que les responsables de cette violence répondent de leurs actes devant la justice.

Ce triste fait divers met encore une fois en lumière l’incohérence de la loi française traitant de la souffrance animale. Si nous regardons les choses avec objectivité, c’est cette loi incohérente qui attise les tensions entre les partisans de l’abolition des corridas et les aficionados.

D’un côté nous avons un texte de loi qui dit que nous n’avons pas le droit de faire souffrir un animal, et que le faire dans le simple but de s’amuser et un délit.

De l’autre nous avons un alinéa qui autorise l’acte de cruauté s’il procède de tradition ininterrompue. En deux mots on peut continuer à torturer si on n’arrête pas de le faire. Ce que dit cette loi, c’est « n’arrêtez pas de torturer, sinon après ce sera interdit par la loi. »

C’est donc la loi qui incite à poursuivre ces actes de barbaries sur les animaux. Pour les aficionados, un seul mot d’ordre : Ne pas arrêter la tradition.

Où est la logique de la loi ? La loi est le fondement d’une société. Elle a besoin de cohérence. On ne peut pas dire une chose et son contraire. On ne peut pas demander aux Français d’être conscient de la souffrance animale, de respecter les animaux et de laisser des bêtes se faire torturer dans des arènes sans rien dire. Notre histoire fait de nous un peuple qui a toujours dit non à l’injustice. On ne peut pas regarder des animaux subir des actes d’une telle cruauté et se résigner.

Cette injustice est devenue insoutenable pour la majorité d’entre nous. Injustice car il ne fait aucun mystère qu’un référendum conduirait à l’abolition des corridas. Malgré cela, les politiques restent sourds à la volonté du peuple. Injustice car régulièrement dans votre discours vous avez souligné que le monde change, et qu’il nous fallait renoncer à bon nombre de nos acquis pour s’adapter à ce changement. Dans ce cas pourquoi pour la corrida devons-nous rester aveugle au changement et devons-nous nous enchainer au passé ? Injustice car des animaux de la même race ont droit à des traitements différents selon qu’ils prennent la direction de l'abattoir ou des arènes. La discrimination injuste.

Je suis conscient que cette loi est ancienne et que vous n’êtes pas responsable de sa publication. Mais aujourd’hui, une proposition de loi (N°3695) visant à mettre un terme à cette pratique barbare est à l’étude à l’assemblée. Un appui de votre part pour que cette proposition de loi ne finisse pas à la corbeille serait le minimum que vous puissiez faire pour rendre à la loi la cohérence qui lui fait défaut. Abolir la corrida serait un acte fort, une décision historique, un pas de plus vers un monde plus juste.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma très haute considération.


Repost 0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 09:01

Einstein disait :

 

Le monde ne sera pas détruit à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui laissent faire.

 

Ce 8 octobre 2011, dans les arènes de la ville de Rodilhan, un déchainement de violence et de haine inouie à l’encontre des manifestants venus demander pacifiquement l’arrêt des corridas m’incite à écrire un article un peu plus dur pour une fois.

 

Bref rappel des faits

Comme moyen d’action, les militants ont choisi de venir s’assoir et s’enchainer au milieu de l’arène et demander l’arrêt des corridas. Une action pouvant certes qualifiée de troubles à l’ordre public, mais là n’est pas le problème. Les autorités locales présentes auraient simplement dû faire évacuer les manifestants.

 

Malheureusement, les responsables locaux, ont choisi une autre voie, ils ont préférer livrer les manifestants en pâtures aux aficionados déchainés, plein de colère et de haine. Les manifestants ont été littéralement passé à tabac, les filles se sont vu frappées à coup de poings, tiré par les cheveux et pire encore arraché leurs vêtements devant des officiels hilares devant le spectacle. Le tout encouragé par un public qui n’hésitait pas à demander la mise à mort des manifestants.

 

rodilhan2rodilhan3

 

rodilhan1

 

 

 

A un moment, il faut savoir dire stop. Cette chance, aujourd’hui nous l’avons. Une proposition de loi à l’assemblée, demandant de mettre fin à l’exception qui sans cette exception placerait la corrida dans les actes de barbarie prévus par la loi. Pour donner toutes ses chances à cette proposition de loi, il est nécessaire que le plus grand nombre d’entre nous envoie un mail à son député pour l’inviter à voter cette loi.

 

Vous pouvez connaitre le nom de votre député à cette adresse

 

http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/xml/departements.asp

 

il suffit ensuite de lui écrire quelques mots pour qu’il vote la proposition de loi ci-dessous

 

http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion3695.asp

 

C’est le moins que nous puissions faire si nous voulons faire en sorte que  que ce spectacle d'un autre âge cesse.

 

Ne laissons pas passer cette chance, plusieurs députés sont déjà signataires, il est important que tout ceux qui souhaitent en finir avec la corrida appuient cette proposition en écrivant à son député.

 

Un peu plus de compassion dans ce monde ne pourra nous faire que du bien.

Repost 0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 17:31

Depuis quelques temps, une demande est faite à l'UNESCO pour inscrire la corrida au patrimoine immatériel de l'humanité... Faire passer de la barbarie pour de l'humanité.... il fallait oser!


J'ai bon espoir que cette demande matérialise la crainte des afficionados de voir disparaitre les corridas! en effet, de plus en plus de villes taurines abandonnent ces spectacles d'un autre âge. Voir un taureau souffrir ça interesse de moins en moins de monde.


Cette demande n'est pas sans effet. Si elle passe, il deviendra difficile  de mettre un terme à ces spectacles sanguinaires.


Alors pour ceux qui veulent en quelques clics montrer leur opposition à ce classement inhumain, il existe une pétition en ligne:


http://www.unesco-anticorrida.com/


Maintenant, pour consoler les afficionados, ils peuvent toujours faire une demande au musées des barbaries. A mon avis ils y auront une place de choix...



La grandeur d'une nation et ses progrès moraux peuvent être jugés par la manière dont elle traite les animaux.

Gandhi


On n'a pas deux cœurs, l'un pour l'homme, l'autre pour l'animal… On a du cœur ou on n'en a pas

Lamartine

Repost 0