Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 15:20


L’information serait risible si elle n’était pas sérieuse… Les végétariens, végétaliens et végans se voient donc frappés d’une nouvelle maladie mentale : l’orthorexie. La volonté de manger sain… Certes, l'orthorexie existait déjà comme maladie, mais maintenant le végétarisme, végétalisme et véganisme sont pour l'OMS des formes d'orthorexie.

Les lobbies alimentaires ont tout essayé pour que la consommation de produit d’origine animale semble naturelle à l’homme. On a d’abord joué sur l’aspect prestige, manger de la viande est réservé à ceux qui en ont les moyens. Puis on a joué sur l’aspect santé, la viande = protéine et le lait = calcium, en agitant bien sûr le spectre de la peur de la carrence si nous souhaitions nous soutraire au régime carné. Tout cela n’ayant pas empéché le nombre de végés d’augmenter chaque année, il fallait frapper un peu plus fort. D’abord les problèmes ont été pris à la base avec le décret sur les cantines scolaires en 2011 qui impose la présence d’un produit carné et d’un produit laitier sur tous les plateaux des cantines scolaires. Avec en arrière plan la volonté de briser le mouvement d’instaurer une journée végétarienne par semaine dans les écoles.

La bonne santé des végés mettant à mal les théories douteuses de la nécessité de consommer des produits d’origine animale, a conduit bon nombre de citoyens de changer de régime alimentaire et d’en mesurer les effets positifs sur leur santé. La révolution végétale étant en marche il fallait trouver autre chose, la peur de la maladie mentale… Ne pas vouloir manger de produit d'origine animale c’est être orthorexique, maladie mentale s’il en est.

Cette maladie pourrait surprendre, mais finalement la dernière carte qui restait à jouer pour imposer le régime carné consiste à s’appuyer sur l’argument encore souvent entendu, être végé c’est être dans l’extrême. Et être dans l’extrême… c’est pô bien !!! Donc l’orthorexie qui consiste à vouloir manger sain à tout prix, c’est être dans l’extrême assimilable à un trouble du comportement.

Imaginez la consultation chez le médecin :
- Monsieur, soyez fort, vous êtes orthorexique !
- C’est grave docteur ?
- Ça pourrait le devenir si vous persister dans cette voie. Mais le traitement est simple.
- Vous me rassurez docteur
- Oui, dès aujourd’hui, il vous faudra consommer un peu de maïs OGM tous les jours, du bœuf aux hormones, des légumes aux pesticides et réduire votre consommation de produit sain.
- Mais je vais tomber malade docteur
- Oui, mais vous serez un malade sain d’esprit qu’on pourra soigner avec des médicaments contre le cholestérol, l’hypertension, le diabète et j’en passe. N’ayez crainte l’industrie pharmaceutique a tout ce qu’il faut pour vous libérer de l’orthorexie.
- Merci docteur

Quant au gouvernement, il travaille déjà sur ses futures campagnes de prévention :

- Manger 5 fruits et l’égumes par jour mais pas trop et de préférence aux pesticides
- Manger au moins un OGM par jour.
- De la viande aux hormones à tous les repas
- Fumez entre 3 et 5 cigarette par jour
- Etc.

Il parait que plus c’est gros plus ça passe… Chacun en sera juge.

En attendant, une seule chose à dire :


FIER D’ETRE ORTHOREXIQUE !

Vive l'orthorexie
Repost 0
Published by Genfi - dans végan
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 22:03

En 2006 je commençais ce blog. Une simple envie de partager quelques points de vues sur des thématiques auxquelles j'étais sensible comme l'écologie, les valeurs humaines et différentes réflexions. Pour être franc c'était plus une envie d'écrire que de partager car je n'imaginais pas spécialement intéresser beaucoup de monde sur la toile. Une expérience dont je n'avais aucune idée de ce qu'elle allait devenir. Aujourd'hui presque 8 ans après mon premier article j'ai pour une fois envie de partager quelque chose de personnel. Comment mon blog m'a fait passer de l'écologie au véganisme.

Pour avoir un minimum de crédibilité, chaque fois que j'écrivais un article, je commençais toujours par des recherches pour éviter de dire n'importe quoi. C'est quand même arrivé mais dans l'ensemble j'ai essayé de faire de mon mieux. S'intéresser à l'écologie conduit forcément à un moment ou à un autre à regarder ce qui se passe du côté de notre nourriture et de notre production de viande. Malheureusement, dès qu'on commence à fouiller, on va de surprises en surprises. Découvrir l'absurdité d'une telle logique de production m'a marqué profondément. La souffrance animale y est omniprésente, les valeurs humaines s'effaçant devant des logiques purement financières. J'ai donc choisi d'arrêter net la consommation de viande industrielle pour ne consommer que de la viande bio et apaiser ma conscience en ne participant plus à ce massacre. Mais étais-je aller assez loin ? Bio ou pas, un morceau de viande reste un morceau de cadavre. Et je le réalisais de plus en plus à chaque bouchée. Je réalisais combien j'ai été conditionné pour ne voir dans un morceau de viande que du fer et des protéines et occulter totalement le fait que je mangeais un être sensible. Manger de la viande bio n'était plus à mes yeux un geste de respect envers un animal qui tenait à sa vie. En 2007, j'ai donc fait le choix de devenir végétarien. Bien sûr j'ai eu peur. Depuis le nombre d'années qu'on me répétait les mêmes théories alimentaires, sortir des recommandations nutritionnelles officielles me faisait flipper...

Je me suis donc plongé dans l'étude de la nutrition. Ce qui m'a permis de mieux comprendre et d'oublier mes craintes. De plus comme j'étais végétarien, je consommais encore lait et œufs. Je n'ai pas arrêté pour autant mes recherches sur le net et très vite l'industrie des œufs et du lait montraient elles aussi des images de tortures que ma conscience de pouvait masquer en mangeant une simple pâtisserie aux bons œufs frais pour me faire plaisir. Toujours pareil, je me suis documenté et j'ai approfondi mes connaissances en nutrition et j'ai compris que tout ce qu'on nous racontait n'était que des salades. Nous n'avons nullement besoin de produits laitiers pour avoir du calcium, et j'ai ainsi briser l'autre conditionnement lait = calcium. Le premier étant viande = protéine et fer. Je suis donc devenu végétalien.

Me voilà un peu plus en paix avec ma conscience, mais ça n'a pas duré... Les animaux sont tellement exploités pour tout et n'importe quoi, qu'il ne me paraissait pas logique de ne pas voir la souffrance des êtres sensibles pour leur cuir, leur fourrure, pour faire des expérimentation, pour se divertir etc. Ma conviction que dans notre société d'abondance nous pouvons vivre sans tuer était de plus en plus forte. Les alternatives sont légions, il suffit juste de les chercher. Je suis donc devenu végan. Alors bien sûr être végan ce n'est pas être parfait, mais j'avais supprimé la souffrance animale partout où c'était possible, j'avais au moins la satisfaction d'avoir fait de mon mieux.

C'est ainsi qu'une simple envie d'écrire à complètement transformé ma façon de vivre et de penser. Grâce à ce blog je suis passé de mon intérêt pour l'écologie au véganisme. Une conscience plus profonde que notre compassion ne doit pas s'arrêter aux humains mais s'élargir pour y inclure tous les êtres sensibles.

Mais un blog n'existe pas sans ses lecteurs. C'est donc grâce à vous que j'ai pu faire tout ce chemin. Ce blog m'a fait rencontrer des personnes magnifiques. J'aimerai les citer toutes mais j'aurai peur d'en oublier. Je me contenterai donc de les remercier chaleureusement du fond du cœur et remercier tout aussi sincèrement mes fidèles lecteurs sans qui ce blog n'existerait probablement plus.

Je vous souhaite à tous une très bonne année et m'excuse par avance d'avoir utilisé autant de "JE" alors qu'ils sont en général bannis des autres articles

Repost 0
Published by Genfi - dans végan écologie
commenter cet article
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 17:09

Une nouvelle initiative citoyenne européenne destinée à faire reconnaitre le crime d'écocide est en cours. En d'autres termes, rendre pénalement responsables ceux qui portent atteinte à l'environnement. Et quand nous voyons les accords de libre échange que sont en train de négocier en secret l'Europe et les États-Unis, il est urgent de prendre les devant. Je souhaitais faire un article spécificique sur ces accords de libre échange (appelés TAFTA), mais cette initiative citoyenne européenne me donne l'occasion d'en toucher 2 mots.

TAFTA qu'est-ce que c'est ?

TAFTA est un accord de libre échange entre l'Europe et les États-Unis en cours de négociation. Cette accord vise à permettre aux multinationales de ne plus être inquiétées par des normes sanitaires ,environnementales ou sécuritaires que pourraient mettre en place les états membres. Dit simplement, les multinationales acquièrent des droits, les états perdent les leurs pour n'avoir que des devoirs envers les multinationales.

Par exemple, la France ne pourrait plus s'opposer aux boeufs aux hormones américains, ni aux OGMs, ni à l'exploitation du gaz de schiste. Si un état empêche une société de faire du profit pour une raison sanitaire, environnementale ou autre, l'état se verrait condamné.

La volonté des multinationales de contraindre les états n'est pas nouvelle, voilà des années qu'elles essaient. Mais aujourd'hui, ayant réussi à infiltrer tous les lieux du pouvoir elles n'ont jamais été aussi prêt d'y parvenir, il ne reste que les citoyens pour agir.

Si vous souhaitez en savoir plus, il suffit de taper "TAFTA" sur google pour trouver toutes les infos pertinentes.

Revenons à L'initiative citoyenne. Puisque des images valent mieux qu'un long discours, voici une présentation en vidéo de cette initiative.

Maintenant vous savez l'essentiel. Pour ceux qui veulent agir et participer à cette initiative citoyenne, cliquez sur le lien ci-dessous.

http://www.endecocide.eu/?lang=fr

Attention, il ne s'agit pas d'une simple pétition mais d'une initiative citoyenne européenne, c'est à dire qu'on s'adresse directement aux institutions européennes, il faut donc s'identifier officiellement.

Repost 0
Published by Genfi - dans écologie
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 13:42

La pression exercée par les mouvements pour l'abolition de la corrida n'a jamais été aussi forte qu'en 2013. Et n'en déplaise au milieu taurin, 2014 devrait être plus intense encore. Le mouvement est en marche et rien ne semble pouvoir l'arrêter. Contrairement à ce qu'on voudrait bien faire croire, ce mouvement n'est pas qu'un simple mouvement animaliste. C'est aussi un mouvement porté par l'envie d'une société plus humaine basée sur des valeurs qui excluent la torture animale du champ de la démocratie.


D'après le droit français la corrida est un acte de torture condamnable. La loi en effet interdit toute pratique de torture sur les animaux. Si aujourd'hui la corrida se pratique dans quelques régions françaises, c'est grâce à la présence d'un alinéa ajouté au texte de loi. Cet alinéa valide le fait que la corrida est une torture mais que l'état français ferme les yeux sur cette pratique d'un autre âge. Et c'est toujours grâce à cet alinéa qu'à chaque fois qu'une personne du milieu taurin prend la parole c'est pour dire : la corrida est légale !


Pour le monde taurin, cet alinéa est intouchable et immuable. La société doit rester ancrée dans le passé et autoriser cette pratique barbare jusqu'à l'extinction de l'Humanite. Pourtant, la loi n'est pas quelque chose de statique. Elle évolue dans le temps en même temps que la société. Ce qui est vrai un jour peut ne plus l'être le jour suivant.


Et justement, voilà maintenant des années que la corrida n'est plus en phase avec la société. Une grande majorité la rejette et la trouve non conforme aux valeurs de la République. Fermer les yeux sur un acte de torture crée un vrai malaise. L'injustice que représente le maintient de cet alinéa est de plus en plus manifeste et beaucoup d'entre nous ne peuvent plus l'accepter.


La chance du milieu taurin c'est d'avoir des relais solides dans le pouvoir. Grâce à eux, toute volonté de remettre en cause la légitimité de cet alinéa s'est soldé par un échec jusqu'à présent. Personne n'est surpris d'apprendre que ceux qui font de la politique pour l'amour du pouvoir se délectent de ce genre de pratique qui donne le sentiment de puissance, de pouvoir de vie ou de mort sur un être sensible. Elle se situe là la fracture entre les politiques et le peuple. Un nombre non négligeable d'assoiffés de pouvoir défendent la corrida en haut lieux alors que le peuple la rejette en masse. C'est certainement dans cet abus de pouvoir qu'il faut trouver les causes de l'intensification du mouvement pour l'abolition. Puisque les politiques n'ont pas le courage ou la volonté de s'occuper du problème, c'est le peuple qui remet la question taurine à l'ordre du jour de ce qui nous gouvernent.


Il est à noter que si la loi ferme les yeux sur la barbarie des arènes, elle donne aussi au peuple la liberté d'expression. Et comble de l'ironie, le monde taurin qui rêve d'une loi figée pour l'éternité concernant ses pratiques barbares, n'hésite pas à demander aux pouvoirs publics de revoir la loi pour enlever au peuple sa liberté d'expression pour ne plus être gênés lorsqu'il torture. Triste paradoxe...


Il est donc temps que le monde taurin réalise que leur jeu barbare n'est plus en phase avec la société, que la société aspire à plus de compassion envers le vivant, qu'aujourd'hui il est temps de mettre en cohérence la loi avec l'esprit et les aspirations du peuple. Le monde taurin doit comprendre que le mouvement pour l'abolition n'est pas un simple mouvement animaliste comme il aime à le répéter. C'est d'ailleurs dans sa stratégie de défense de faire croire que ceux qui défendent les taureaux haïssent les hommes. Une logique binaire répétée à tout bout de champ : "si t'es contre la corrida tu détestes les hommes." Rien n'est moins vrai tant on trouve dans les rangs des abolitionnistes des gens qui œuvrent pour la compassion au sens large, englobant l'Homme et l'Animal.


Certains députés ont compris la nécessité de mettre fin à cette pratique. Aujourd'hui une nouvelle proposition de loi est prête à être présentée à l'assemblée. Si les précédents projets de loi n'avaient pas trouvé l'écho nécessaire auprès des autres députés pour espérer être examiné, aujourd'hui la pression maintenue par le mouvement abolitionniste fait que cette question est devenue une question d'actualité. Lorsque à chaque corrida il est nécessaire de faire intervenir les forces de l'ordre et déployer des moyens disproportionnés pour qu'une poignée d'aficiodanos puissent se réjouir d'un spectacle de torture, nos députés doivent s'interroger sur la légitimité d'une telle pratique.


Aujourd’hui nous pouvons apporter une aide sérieuse à ce texte de loi en contactant nos députés pour leur faire comprendre une bonne fois pour toute que la corrida fait partie du passé. Pour se faire, rien de plus simple. Il suffit d’envoyer un mail à son député. Si vous n’avez pas son adresse et si vous ne savez pas qui est votre député vous pouvez trouver facilement tout ça à l’adresse suivante :


http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/departements.asp


Aussi surprenant que cela puisse paraitre un grand nombre de personnes ont peur de contacter leur député. Pourtant un député est le relais entre le peuple et le pouvoir, le fonctionnement de nos institutions prévoit donc que chaque député puisse être contacté par ses citoyens. Nous ne devons jamais hésiter à le faire.

Pas besoin de faire une longue prose, quelques lignes stipulant que vous soutenez le projet de loi qui met
un terme à la corrida suffisent.

Le texte de loi est celui-ci :


http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1448.asp


Si nos mails sont assez nombreux, la pression exercée par le peuple sera à même de contrer la pression exercée à l’intérieur du pouvoir pour maintenir la corrida. Notre mobilisation par mail doit être la suite logique de notre mobilisation face aux arènes. C’est ainsi que nous pourrons espérer mettre fin à ces massacres.


Le mouvement abolitionniste, que certains aimeraient faire passer pour liberticide et violent tire donc la société vers le haut. Il invite la société à plus de compassion, de respect envers le vivant, humain comme animal. Tous les marqueurs de la société indiquent qu'il faut en finir avec cette pratique. Le peuple est majoritairement contre et aspire sincèrement à une culture non violente. Le seul obstacle qui demeure c'est la forte présence du milieu taurin dans le gouvernement. Et sans la détermination du mouvement abolitionniste il est quasi impossible de faire discuter la question taurine à l'assemblée. Le peuple qui se mobilise pour l'abolition est un soutien plus que nécessaire aux députés qui présentent le projet de loi pour mettre fin à cette barbarie. Sans la rue qui s'impatiente, les députés complices vont traîner les pieds tant qu'ils le peuvent.


Construisons une société plus humaine.

Repost 0
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 12:24

Il ne faut pas voir dans l'acharnement à nous imposer les OGM et la volonté de nous dire ce que nous avons le droit de cultiver ou pas, une volonté de nourrir le monde et sauver la planète. Ceux qui s'acharnent ont bien compris une chose. À la base de toute économie humaine, il y a la création de richesse par la terre. À partir de rien, on peut cueillir, cultiver et récolter. Ainsi, quelque soit les aléas auxquels les nations sont confrontées si on peut cultiver la terre, ne serait-ce qu'un bout de terre, nous pouvons survivre. C'est ce don de la nature qui nous rend libres. La création de richesse par la terre peut amorcer une économie toute entière.

La seule volonté d'imposer les OGM et d'interdire la culture des semences traditionnelles est de verrouiller le système pour asservir les hommes à celui-ci. Condamner à acheter ses graines pour pouvoir manger, il devient dépendant d'un système dont la finalité lui échappe totalement.

Tant qu'un homme pourra se nourrir par ses propres moyens il pourra se révolter. Enlevez lui la possibilité de se nourrir tout seul vous en ferrez un esclave. Laisser aux hommes la possibilité de créer de la richesse à partir de la terre, c'est prendre le risque de voir apparaître une économie parallèle qui peut renverser l'économie actuelle. Il en ont conscience et leur acharnement à imposer les OGM et à interdire la préservation de la biodiversité, ne vise qu'à empêcher cette économie nouvelle de se mettre en place. Une économie ou l'argent redevient un moyen et non une fin. Cela paraît utopique mais tout les mouvements contestataires actuels sont les prémisses de cette nouvelle économie et c'est bien par le contrôle de la nourriture qu'ils entendent empêcher sa diffusion.


Saurons-nous résister ...?










Repost 0
Published by Genfi - dans OGM
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 08:32

C'est une erreur de penser que nous faisons de la protection animale au détriment des humains. Nous reprocher sans cesse qu'on ferait mieux de s'occuper des humains démontre une mauvaise connaissance de ce qui motive notre action. La protection animale n'existerait pas sans la cruauté des Hommes. Et de manière générale, même la souffrance des humains résulte de manière ultime du manque de compassion de l'Homme envers ses semblables. Au final si tous les êtres sensibles souffrent, qu'ils soient humains ou non-humains, c'est par manque de compassion, d'altruisme, d'empathie, en un mot par manque d'amour.


L'origine du problème n'est donc pas l'animal. Si nous voulons que cesse la cruauté envers les animaux, il serait vain de penser que mettre les animaux à l'abri de cette cruauté serait suffisant. Au contraire, nous ferions comme Sysiphe avec son rocher, nous ferions indéfiniment la même chose sans espoir de les voir changer.


S'il est vrai que de manière urgente nous devons mettre à l'abri les êtres sensibles qui souffrent il nous faut dans le même temps développer la compassion dans les cœurs qui en manquent. C'est la seule façon de prendre le problème dans son intégralité si nous souhaitons voir bouger les lignes. Quand nous nous opposons à la corrida par exemple nous souhaitons que le taureau ne soit plus victime mais nous souhaitons aussi que ceux qui se délectent de sa torture développent leur compassion pour qu'ils réalisent le côté abjecte de ce spectacle sanguinaire. Même si l'action est ponctuellement centrée sur la corrida c'est bien la compassion des humains que nous appelons de nos vœux. Compassion qui quand elle se développe bénéficie à tous les êtres sensibles sans exception.


On ne peut élever l'Humanité qu'en la débarrassant de ce qui la maintient dans la barbarie. Le comportement de nos sociétés envers les animaux exprime le niveau de notre Humanité. Comme le disait si justement Gandhi :


«On peut juger de la grandeur d’une nation par la façon dont les animaux y sont traités.»


Il faut donc voir dans la protection animale autre chose que le simple rejet des humains, il faut y voir quelque chose de bien plus grand, quelque chose qui vise à nous rendre meilleurs, à rendre le monde meilleur en faisant prendre conscience que tous les êtres sensibles, qu'ils soient humains ou non-humains méritent notre compassion. Plus cette compassion se développera, plus l'Humanité grandira. Des gens agissent pour les humains, d'autres pour les animaux, beaucoup agissent pour les deux, au final le problème est bien traité dans son ensemble. Il faut donc éviter de juger les actions de la protection animale sans avoir cette vision d'ensemble de l'Humanité qui avance.

Repost 0
Published by Genfi
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 13:27

La compassion ne peut se dissocier de l'action. Prendre conscience de la souffrance des êtres sensibles doit naturellement nous pousser à l'action pour mettre un terme à la souffrance.

Compassion dans sa définition veut dire "souffrir avec". Si la souffrance d'autrui n'engendre aucune action, c'est qu'on se complait dans cette souffrance qui au final ne nous fait pas tant souffrir que ça. À l'inverse, si nous ressentons vraiment la souffrance d'autrui dans notre cœur, agir devient la seule solution. Agir peut prendre plusieurs forme mais agir est incontournable.

Agir avec compassion c'est avant tout agir pour que la souffrance cesse. C'est agir avec discernement pour ne pas éteindre un feu avec de l'huile mais agir pour rétablir l'harmonie. Il ne s'agit pas d'inverser un rapport de force mais de rétablir un équilibre. C'est ce qui la différencie de l'action animée par la colère ou la haine qui ne fait que poursuivre le mécanisme de destruction.

La compassion rime avec action et ne s'exprime qu'à travers elle.

Repost 0
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 06:23

La clé de la santé réside principalement et par ordre d'importance dans le mental, l'hygiène de vie et enfin l'alimentation. Ce sont les trois dimensions qu'il est nécessaire de prendre en compte si l'on souhaite agir sur sa santé. L'influence dominante étant celle de l'esprit, plus celui-ci sera sous l'emprise des poisons mentaux que sont l'ignorance ( il ne s'agit pas de l'ignorance universitaire mais l'ignorance de sa propre condition), le désir et la haine, plus il faudra agir sur les autres dimensions pour espérer jouir d'une santé correcte. Ce qui ne veut pas dire qu'un esprit sain peut tout se permettre. Mais il sera moins sensible aux écarts affectant les deux autres dimensions.

Concernant l'alimentation, quel que soit le régime choisi ( végétalien, végétarien ou omnivore ) si globalement on respecte un ratio dans ce qu'on mange de 70% de légumes et fruits dont une bonne dose de crudité, les choses se passeront pas trop mal. Nous dirons que c'est la base d'une alimentation qui permet la santé si les dimensions de l'hygiène de vie et du mental ne sont pas oubliées. Toutefois, plus on prend en compte l'ensemble des trois dimensions mieux c'est.

De plus en plus d'études ont montré que la santé était très liée à notre équilibre acido-basique. On sait aussi que les pensées positives, la méditation et tout ce qui vise à atteindre une certaine sérénité sont des activités alcalines (le contraire d'acide) pour le corps même si ce sont des activités mentales. Le corollaire est que bien évidement, le stress, la dépression et les pensées négatives acidifient le corps.

Ainsi plus votre esprit sera acidifiant, plus il vous faudra travailler sur les deux autres dimensions pour contrer cette acidité si le travail sur le mental parait difficile ou non prioritaire. Ce qui serait dommage puisque le travail sur le mental donne de bons résultats assez rapidement. On peut facilement corréler l'importance de chacune des trois dimensions par l'observation. On voit très bien qu'aussi strict que puisse être le régime, si l'esprit est trop acidifiant, aucun régime ne marche. Au mieux, il limite les dégâts mais n'arrive pas à induire un véritable bien-être. D'un autre côté, on remarque que les personnes dont l'esprit n'est pas acidifiant (peu de stress, d'angoisse, de dépression etc) peuvent à peu près manger n'importe quoi sans que ça nuise à leur bien être. entre les deux, nous avons toute une palette de possibilités, celui dont l'esprit est légèrement acidifiant et qui trouvera un bon équilibre en modifiant un peu son alimentation et/ou son hygiène de vie, celui dont l'esprit est un peu plus acidifiant et qui nécessitera d'adopter un régime plus rigoureux et ce, jusqu'à celui qui peut trouver un relatif bien-être par un régime très très strict. son régime compensant juste juste l'acidification dû à l'esprit.

Lorsqu'on arrive à corriger le bien être général par une modification du régime alimentaire, il ne faut pas toutefois en déduire que l'esprit est la résultante du corps et de l'alimentation. Car l'unité "corps-esprit" ne peut être dissociée. C'est vrai qu'en corrigeant par l'alimentation l'équilibre acido-basique du corps, tout va mieux, y compris le mental. Mais cela ne fait pas du mental la résultante de l'alimentation. La même correction aurait pu être amenée en travaillant sur le mental. L'avantage d'agir par l'alimentation c'est de ne pas s'impliquer mentalement, pas besoin de se remettre en cause, le problème n'est pas notre mental mais le régime, le régime c'est factuel, on ne se pose pas de question. Mais on en connait la limite puisqu'un mental trop acidifiant empêchera tout rétablissement de l'équilibre acido-basique du corps par le seul travail sur le régime. Cas des personnes qui dépriment car aucun régime ne marche sur eux par exemple.

Il ne faut pas non plus déduire que l'acide c'est le mal et le basique c'est le bien. Dès qu'on parle d'équilibre, il faut impérativement que les deux forces soient présentes. Les acides sont nécessaires au métabolisme du corps, tout comme les aliments basiques. Cet équilibre se manifeste dans notre corps par un bon équilibre du système nerveux autonome composé du système sympathique et du système parasympathique. Le système sympathique en général agit pour accélérer, mettre en action alors que le parasympathique agit pour le ralentissement et la mise au repos. L'action des ces deux systèmes doit se trouver équilibrée. On rejoint ici la notion d'équilibre du yin et du yang dans la médecine chinoise. Notre mental agit au travers de cet équilibre. Par exemple, la peur, la colère vont activer le sympathique pour préparer à la fuite ou au combat. La dépression va petit à petit tout éteindre dans le corps, on va se retrouver fatigué, un métabolisme qui fonctionne au ralenti etc.

Donc si vous ne souhaitez pas vous lancer dans de grands changements alimentaire, que vous ne souhaitez pas passer du temps à méditer et cultiver un esprit positif, ne retenez qu'une règle:


70% au minimum de légumes et fruits dont une bonne partie crue, le reste ça peut être à peu près n'importe quoi.

Il est utile de préciser qu'il existe beaucoup de croyances différentes dans l'alimentation, ce texte n'engage donc que moi, au milieux de toutes les croyances qui circulent celle-ci est la mienne et on peut dire qu'elle fonctionne plutôt bien pour moi. C'est une position qui n'a rien de dogmatique vous pouvez très bien trouver votre équilibre dans d'autres croyances alimentaires, mon équilibre je l'ai trouvé dans celle-ci. Ce sont les principes que j'applique à mon régime végétalien mais les principes peuvent être appliqués avec n'importe quel régime.

Repost 0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 14:08

Il n'existe aucune force supérieure à l'amour. Les autres semblent d'accès faciles mais sont ô combien moins puissantes.

En devenant une source d'amour il devient impossible de se laisser envahir par la haine. Un rayonnement conscient est toujours plus fort qu'un rayonnement subit. Abandonnons la quête futile d'une armure pour se protéger, laissons simplement rayonner notre cœur emplie d'amour et de compassion et rien ne pourra nous envahir.

Que tout ceux qui veulent voir l'amour triompher dans ce monde aient le courage d'aimer en premier là où chacun attend que son voisin commence. À chaque fois que l'un de nous le fait, c'est l'amour du monde qui grandi.

Repost 0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 20:50

Le 11 et 12 mai, nous avons été nombreux à manifester pour l'abolition de la corrida. Par notre présence, nous nous sommes élevés contre cette pratique barbare que certains cachent derrière le mot culture. Cacher c'est bien le mot. Car aujourd'hui encore un trop grand nombre de personnes pensent que le taureau n'est pas mis à mort lors des corridas. Idée résultant de la propagande tauromachique qui parle de culture, tradition, symbole, esthétique, "danse" etc. Et les photos et vidéos montrées sont également très souvent édulcorées pour ne montrer qu'une partie de ce qui se passe dans les arènes. On y voit un homme en habit de lumière "danser" avec un taureau, des gens qui ovationnent et applaudissent etc.

Pour ces raisons bon nombres pensent que les corridas ne sont qu'un jeu avec le taureau et qu'elles sont exemptes de mise à mort. C'est pour les mêmes raisons qu'aujourd'hui je diffuse les images de ce qui c'est passé derrière les murs des arènes d'Alès pendant que nous défilions pour que cette barbarie cesse.

Se mobiliser pour l'abolition de la corrida est utile. Car la corrida est un véritable verrou qui bloque l'évolution de la société. Tant qu'une société sera capable de torturer juste pour le plaisir on ne pourra faire évoluer les mentalités vers plus de compassion pour tous les êtres. Car dès que vous souhaitez agir sur un autre axe on vous rétorque souvent que c'est moins grave que la corrida qui n'est qu'un acte de barbarie gratuit.

Alors à tous ceux qui pensent qu'il n'y a pas de mise à mort dans une corrida, regardez la vidéo ci-dessus et n'hésitez pas à la faire passer à ceux qui pensent ainsi.

L'information est la seule arme que nous avons pour combattre cette barbarie.

Soyez des vecteurs de la vérité.

Repost 0