Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 22:09
Tout le monde se souvient qu’avant de s’appeler la grippe A H1N1, la grippe que nous subissons aujourd’hui s’appelait grippe porcine. On se souvient également que très vite, les responsables de la filière porcine ont demandé aux journaux de rebaptiser cette grippe pour qu’elle ne porte pas préjudice au secteur. Avec l’argument choc qui consistait à dire que la consommation de viande de porc était sans danger.

Toutefois, comme je le soulignais dans mon précédent article, on ne peut oublier le rôle qu’a joué l’élevage industriel dans la prolifération des virus de la grippe. Attardons nous donc un instant sur l’élevage industriel. Comme chacun le sait, l’élevage industriel confine dans un espace restreint bon nombre d’animaux. Que ce soient des vaches, des poules, des porcs ou autres. Une promiscuité idéale pour le développement des virus. Il suffit de voir les quantités impressionnantes d’antibiotiques qu’on administre aux animaux d’élevage industriel pour se rendre compte à quel point un élevage est sensible aux virus de toutes sortes.

De plus, la notion de rentabilité économique a poussé nos chers éleveurs à n’utiliser qu’un nombre restreint de races différentes. Or nous savons tous que la biodiversité et le mélange des races est le processus par lequel la vie a pu se maintenir sur Terre.

Les éleveurs jouent donc vraiment avec le feu, puisque non seulement ils élèvent des races qui se fragilisent dans le temps, et de plus ils les maintiennent dans des conditions propices aux développement des virus. A cela vient se rajouter le fait qu’un virus qui se retrouverait résistant aux antibiotiques, se développerait sans aucune difficulté dans un élevage industriel.

Pour se rassurer on nous parle de la barrière des espèces, mais maintenant cet argument ne marche plus puisque la grippe que nous vivons est issue d’une transmission de l’animal à l’homme. De plus, la barrière entre le porc et l’homme est très fine car le code génétique de l’homme et du porc sont très proches. N’oublions pas, que des recherches visent à réussir à greffer des organes de porcs sur les humains, ce n’est pas pour rien.

Les virus passent leur temps à muter pour s’adapter, là où l’homme reproduit le même schéma d’élevage depuis les décennies de l’élevage industriel. Normal que ce soit le virus qui gagne.

Bien que les pandémies aient toujours existé, aujourd’hui, nous ne pouvons nier notre responsabilité dans la diffusion de la pandémie actuelle. Bien sûr que nous sommes en situation d’urgence, mais c’est une grande irresponsabilité que d’oublier les causes de cette pandémie. Aujourd’hui, il est urgent de mettre un terme à ces bombes sanitaires à retardement. Si la grippe d’aujourd’hui vous fait peur, dites vous bien que si l’élevage industriel ne change pas, nous sommes certains de voir ces épidémies se multiplier.

Il est temps de bannir la viande issue de l’élevage industriel de nos assiettes. N’attendons pas que les politiques fassent quelque chose, ils n’auront jamais ce courage. La solution ne peut venir que de nous, des choix que nous sommes près à faire. Il suffit de réduire notre consommation de viande, de préférer la viande issue d’élevages traditionnels à la viande industrielle. Par ce simple choix, nous limitons les risques des pandémies futures, nous limitons les pollutions engendrées par l’élevage industriel, nous libérons des terres aujourd’hui destinées à l’élevage industriel pour l’alimentation humaine. Un choix de bon sens qui n’as que des avantages.

aujourd’hui, notre surconsommation de viande, en dehors des pandémies entraînent maladies cardiaques, cholestérol et autres maladies. Nous pensons que ce sont les animaux qu’on gave, mais la réalité, c’est que ce sont les hommes qui sont gavés. On leur fait manger bien plus de viande que de raison.

Alors ouvrons les yeux sur les causes de la pandémie actuelle et faisons des choix. Faisons le choix d’une alimentation responsable, ne jouons pas avec le feux, et encore moins avec les virus. Car, eux ne se posent pas de questions, si on leur donne un terrain favorable, ils se multiplieront et leurs nombres augmentera leur capacité à muter et à résister aux traitements.

N’attendons pas les autres grippes, agissons dès maintenant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Genfi - dans écologie
commenter cet article

commentaires

mamapasta 02/12/2009 20:19


la tuberculose est apparue quand les hommes ont commencé à élever des bovidés ( il y a des traces sur les os de l'époque) et là on a gagné une nouvelle épidémie annuelle qui va faire monter les
arrets maladies et creuser le trou de la sécu...avec le mélange d'1/4 de grippe porcine américaine ,1/4 de grippe porcine souche euro-asiatique, 1/4 de souche aviare , et 1/4 de souche humaine, on
en vient même à se demander si c'est naturellement possible une telle hybridation....
on arrete de produire de la viande, et on retourne à l'élevage des animaux ....
Et surtout on lit Bidoche  de Fabrice Nicolino..


mato sapa 02/12/2009 16:16


merci mon Genfi pour ce merveilleux éclairage...comme d'habitude...
Potons provençau 


Tristan 01/12/2009 11:28


Je pense que tu as raison Genfi, nous nous auto détruisons en consommant des cochonneries. J'essaie de mettre de plus en plus de conscience dans ce que j'achète
et je pense que je mange une meilleur qualité de nourriture. Chaque petit geste est un grand geste.
A bientôt


patriarch 01/12/2009 11:03


Et le pire, cela fait longtemps que c'est connu, mais les politiques ont besoins des electeurs.......