Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2007 7 12 /08 /août /2007 23:03

Le 14 Août, je souhaitais descendre à Dax pour participer à la manifestation anti-corrida. Malheureusement, je ne pourrai pas m’y rendre. Ne voulant pas rester sans rien faire, j’ai choisi d'écrire à Mr Sarkozy la lettre suivante:



Monsieur le Président,

Comme beaucoup, j’ai un profond respect pour la vie sous toutes ses formes et comme beaucoup, je ne peux que me réjouir de l’existence de l’article 521-1 du code pénal qui inscrit dans nos lois ce respect que nous devons aux espèces animales.

Article dont je reproduis ici la première phrase :

“Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30000 euros d'amende.”

Toutefois, afin de permettre à certaines traditions de se poursuivre, il a été rajouté à l’article la phrase suivante:

“Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Elles ne sont pas non plus applicables aux combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie.”

Et là, je n’arrive plus à trouver de cohérence au texte de la loi précitée. En effet, des sévices restent des sévices, et un acte de cruauté reste un acte de cruauté.  Un délit ne peut être autorisé sous prétexte qu’il se pratiquait par le passé. Cela n’aurait eu aucun sens d’interdire le vol et le meurtre sauf pour les voleurs et les assassins puisqu’ils le faisaient déjà par le passé. Alors pourquoi le faire dans le cadre de cette loi?

Pourquoi devons nous exclure de notre protection les taureaux et les coqs? Si par le passé les corridas répondaient à des rituels particuliers, nous savons aujourd’hui qu’un taureau n’a rien de démoniaque et que la souffrance qui est la sienne lors des corridas est bien réelle. Que ce qu’il subit est exactement ce que la loi se propose d’interdire, à savoir des sévices et des actes de cruauté. Il mérite donc bel et bien notre protection.

J’ai bien noté lors de vos interventions télévisées votre soucis d’avoir une démocratie irréprochable. Or en ce qui concerne les corridas, la très grande majorité du peuple français est contre. Le peuple s’est plusieurs fois exprimé au travers de différents sondages pour dire non à la corrida. Pour aller jusqu’au bout de ce processus démocratique, il est donc légitime de prendre maintenant en compte cette volonté du peuple français dans la loi et d’interdire définitivement les corridas et les combats de coqs. Maintenir cette discrimination contre les taureaux et les coqs n’a rien de conforme aux valeurs que la France s’évertue à défendre.

De plus, il est certain que les corridas finiront par disparaître, car déjà un certain nombre de villes (espagnoles comme françaises) ont renoncé aux corridas, et l’énorme travail d’information des associations anti-corridas commence à porter ses fruits. Mais ce changement est lent. Parce qu’il est lent, un grand nombre d’animaux vont encore subir des sévices et actes de cruauté.

Afin d’accélérer ce changement et de sauver les animaux qui peuvent encore l’être, il serait souhaitable de l’anticiper et de voter une loi courageuse afin d’offrir aux taureaux et aux coqs la même protection que nous avons accordé aux autres espèces animales.

Je n’oublie pas votre slogan de campagne “Ensemble tout est possible”. Aujourd’hui, nous sommes une très grande majorité à souhaiter l’arrêt des corridas et des combats de coqs, nous voulons donc croire ensemble, et avec force, qu’il est possible de mettre aujourd’hui un terme aux corridas et aux combats de coqs, pour respecter la volonté du plus grand nombre.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma très haute considération.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

G. de B. 23/08/2007 22:32

être contre la corrida ne suffit pas effectivement et Sarkozy apprécie la corrida, il s'y est montré plusieurs fois, ainsi qu'une partie de son gouvernement : Fillon, Borloo et dernièrement Bachelot ont assisté à des corridas avec force sourires. J'ai aussi écrit à Sarkozy et à tous les chefs de partis politiques en France dans le cadre d'une cyberaction. On peut espérer que plus nombreux seront les personnes qui protesteront, plus on aura des chances d'obtenir gain de cause. Le problème c'est que la corrida, comme les agriculteurs de la FNSEA, qui élèvent des animaux en batteries et aspergent leurs champs de pesticides, ont de fort lobby et apparemment, peu de politiques leur résistent...

Genfi 25/08/2007 09:18

Oui c'est sûr que la partie n'est pas gagné d'avance, et que nos dirigeant sont les plus assoiffés de ce spectable barbare... Je pense quand même que les lobbies taurin sont moins puissant que ceux des pesticides et que c'est juste la passion de nos dirigeants pour la corrida qui fait que c'est difficile...

Christian JULIA 21/08/2007 08:10

potons provençau en passant par ton blog...
amistadosament

mamzelle yaya 20/08/2007 07:22

 t' as vu ça a fait la une de libé !

Christian JULIA 16/08/2007 12:42

Hier matin, j'ai fait un petit saut en Camargue. Voir des taureaux en liberté, voir leurs belles robes noires briller au soleil... S'ils pouvaient y rester...
bises

Loone 15/08/2007 14:33

Excellente initiative. Nous n'étions certes pas nombreux, mais c'était une première, rendez vous l'année prochaine !