Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 00:01
« Ce qui n'est pas utile à l'essaim n'est pas non plus utile à l'abeille.  »
MARC-AURÈLE


C’est par cette phrase de Marc-Aurèle que j’ai choisi de commencer mon article traitant de l’altruisme. Pourquoi traiter de l’altruisme? Parce que je pense que le modèle de société que nous prônons et défendons en est complètement dépourvue.

Puisqu’on entend souvent dire que l’homme est un animal social, j’aimerai bien connaître quelle espèce animale  dite “sociale” type abeilles, fourmis termites etc. a été capable de se développer de manière efficace avec pour seul moteur l’égoïsme de ses membres. Les espèces comme les abeilles, les termites ou les fourmis sont redoutablement efficaces pour construire une société pérenne puisque chaque membres (pour être exact, la majorité) agit pour le bien de la colonie. Lorsqu’un animal a un tempérament égoïste, c’est plutôt un animal solitaire. Est ce notre intelligence qui nous pousse à croire que le chacun pour soi peut aboutir à une société qui fonctionne correctement, ou notre crédulité?

Si l’égoïsme échoue à construire une société efficace, qu’en est-il de son contraire, à savoir l’altruisme? L’altruisme c’est l’amour désintéressé d’autrui. Que se passerait-il si une dose d’altruisme était rajoutée dans notre société? Pas que chacun devienne altruiste, on en demande pas tant, mais juste un peu plus d’altruisme dans la façon dont la société est gérée. Si les hommes ne peuvent pas être tous altruistes, les lois qui régissent la société peuvent l’être. Car si nous avons fait des lois, c’est pour que les hommes puissent vivre en société, et que cette société soit juste et équitable.

Que se passerait-il donc si l’altruisme était une valeur fondamentale de notre société, une valeur que nous défendrions au même titre que notre liberté?

Un élément de réponse est donné par un article parut dans une revue scientifique plutôt sérieuse:

Physica A (Science Direct)
(article n° 35, 15 Mars 2005, volume 348, page 453-464)


L’article dont le titre parle de lui-même: “La loi de répartition des richesses dans une société altruiste.” expose de façon claire et assez compréhensible comment un peu d’altruisme abouti à une meilleure répartition des richesses. Il est clair qu’intuitivement on pouvait s’en douter, mais c’est quand même mieux de le montrer scientifiquement. Avant ça, il faut savoir que l’éconophysique a pour principe de base l’étude des systèmes économiques et de leur évolution en faisant une analogie avec un système physique composé de systèmes simples: les agents économiques. Pour reprendre les propos de l’auteur:
Pour les éconophysiciens, l'agent économique idéal se comporte de manière exclusivement égocentrique. Et il mettra en œuvre des stratégies pour poursuivre son intérêt égoïste et tenter de ramener à lui le plus de richesses possible. Les éconophysiciens appellent même cela «se comporter rationnellement». Ce type de comportement est la base reconnue d'un système économique réel tel que le capitalisme.


En considérant que l’agent économique ne se comporte que de façon égoïste on abouti à une répartition des richesses qui est celle que nous connaissons aujourd’hui, a savoir une minorité qui se partage la plus grosse partie de la richesse pendant que le majorité survie avec ce qui reste.

En fait, c’est ni plus ni moins que la loi du plus fort qu’on a voulu supprimer en construisant des sociétés humaines qui a été remplacée par la loi du plus riche. Pour au final produire le même effet.

Maintenant en considérant qu’une partie des agents se comportent de manière altruiste, l’auteur démontre que la répartition des richesse devient plus équitable. Et là ça devient intéressant. Car si l’homme n’est pas forcement enclin à l’altruisme naturellement, les lois qui encadrent son activité peuvent l’être. Car le but des lois, c’est bien cela, faire une société humaine juste et équitable malgré les travers de ses membres. En mettant un frein à l’égoïsme des plus riches (car après tout, à partir d’une certaine somme, est-il encore légitime de s’enrichir encore?), on donne la possibilité à d’autre de pouvoir s’enrichir, ce qui réparti les richesses de façon plus équitable.

Mais l’altruisme ne s’arrête pas là. Le monde est de plus en plus interdépendant et nos actions auront toujours une répercussion sur les autres d’une manière ou d’une autre. D’après Jacques Attali (dans son dernier livre: une brève histoire de l’avenir) l’économie altruiste n’a pas d’autre choix que de s’imposer et c’est elle qui s’imposera. voici ce qu’il répond à un journaliste lors d’un interview au journal 20 minutes (ici):

Qu’est-ce qui vous fait penser que l’économie altruiste prévaudra ?

Aujourd’hui se développe le sentiment selon lequel nos actions quotidiennes ont des conséquences sur la vie des autres ; on a intérêt au bonheur de l’autre ; la paix chez nous dépend du recul de la pauvreté ailleurs. Le fait qu’on emploie de plus en plus souvent le terme « communauté internationale » – qui est un mot flou mais qui signifie quand même « gouvernement mondial » – traduit une conscience que la planète a un sens en tant que tel. La technologie permettra aussi la naissance progressive d’une intelligence collective qui sera bientôt celle de l’humanité tout entière.



On a intérêt au bonheur de l’autre... Des mots qui me remotive l’utopiste que je suis à croire en une société plus juste et équitable. Une société où l’altruisme en serait une des principales valeurs.

Et en fouillant encore un peu plus dans le web, je tombe sur des travaux de Pitirim Sorokin sociologue à l’université de Harvard qui a travaillé pendant plus de 25 ans sur l’altruisme et qui pense que l’humanité alterne en permanence entre deux systèmes de valeurs complètement opposées et que le matérialisme et l’égoïsme qui prévaut aujourd’hui dans nos sociétés capitalistes finiront par laisser la place à une société plus altruistes. Voilà qui me regonfle encore un peu plus.

Pour finir, Jacques Languirand auteur d’un essai “La voie c’est... les autres” dit:

Si on m'avait dit qu'un jour j'écrirais un essai sur la redécouverte des autres et la compassion... Cette entreprise, pourtant, s'est imposée à moi le plus naturellement du monde.

Je me proposais au départ d'écrire un article sur la gestion du stress... par l'altruisme. Je voulais simplement faire état de l'importance d'une interaction positive avec les autres, l'être humain étant un animal social. Des recherches récentes démontrent en effet qu'un esprit de compétition excessif comporte des risques pour la santé et que l'entraide et la coopération sont au contraire bénéfiques. Cette théorie est aujourd'hui solidement documentée.

Je devais aussi découvrir que l'entraide et la coopération ont jusqu'ici contribué davantage à l'évolution de l'humanité que la compétition. Or, au moment où s'impose à nous la convergence des races, des peuples, des cultures, il ne fait pas de doute que la redécouverte des autres représente, pour la suite du monde, la prochaine étape de notre évolution.

Cette transformation des mentalités, alors que nous sommes quelques part entre l'animal et le Surhomme, doit nécessairement passer par l'éveil de la compassion chez des individus.

Ces individus seront ainsi parvenus à un état de mieux-être et, du même coup, à un niveau de conscience plus élevé. D'où le titre de cet essai : La Voie, c'est... les autres!


L’altruisme est une des plus belle valeur humaine, plutôt que de l’oublier, nous gagnerions vraiment à construire nos sociétés sur des valeurs telle que celle-ci. Je sais que vous me dirait que la nature de l’homme n’est pas forcement toujours très altruiste, mais nos lois peuvent l’être, nos modèles de sociétés peuvent l’être. Nous pouvons avoir la volonté de construire un monde plus juste et équitable pour le bien de tous.

Puissent ces hommes avoir raison!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Polydamas 04/01/2007 21:48

Au fait, dans votre dernière phrase, "puisse", ça s'écrit "puissent".Et qualifier de scientifique de telles études me paraît un peu surestimé.

Genfi 04/01/2007 23:19

Merci pour la correction, ce n'est pas la seule faute, je sais que l'orthographe n'est pas mon fort...Pour ce qui est de l'article, je me contente de dire qu'il a été publié par une revue scientifique, au comité de lecture de cette revue de décider si il est a sa place . Si il l'on publié c'est qu'ils l'on au moins trouvé pertinent. A chacun de s'en faire une idée ensuite.

Artno 03/01/2007 23:48

ah j'oubliais, je te met en lien chez moi !

Genfi 04/01/2007 07:38

Encore merci.

Artno 03/01/2007 23:46

Il en ressort que l'homme est un animal social égoïste, c'est à dire que sans les autres il n'accumule rien et plus il accumulent moins il en donne aux autres a qui il doit tout ce qu'il a.

Genfi 04/01/2007 07:38

Voilà un commentaire plein de bon sens!Merci à toi.

Polydamas 03/01/2007 21:51

A voir la quantité astronomique d'impôts payé par les Français, l'altruisme existe dans les lois. Si vous voulez je vous fait la liste...Au fait, que fait-on pour ceux qui ne veulent pas être altruiste? Le goulag ou le laokai?En tant que catholique, je ne peux qu'être d'accord avec vous. Le problème est qu'il est hors de question de chercher à l'imposer, chacun reste libre.....Enfin, sur le plan de l'évolution, rien n'a battu le capitalisme, et surtout pas le communisme, qui n'est rien d'autre qu'un ENFER pavé de bonnes intentions (il n'y a qu'à regarder les pays de l'Est)Le capitalisme a bien des défauts mais c'est le moins mauvais des systèmes.

Genfi 04/01/2007 07:37

Dans l'étude à laquelle je fais référence dans l'article, l'auteur montre qu'à partir de 15% d'altruisme dans le comportement des agents économiques, la répartition des richesse est plus équitable. Il n'est donc pas utile de l'exiger de tous.Ce n'est pas parce que le capitalisme est le moins mauvais, qu'il ne faut pas trouver autre chose qui pourrait mieux marcher encore.

Jeannot 03/01/2007 21:48

Bonsoir Genfi,
  Comme c'est la première que tu viens dans la Caverne, je te souhaite ainsi qu'à ta famille une
                     BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2007 !
  Bonne soirée, Genfi !
 Jeannot
 

Genfi 04/01/2007 07:40

Très bonne année à toi aussi.