Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 00:01
2 milliards de dollars par jour... C’est une jolie somme non? Imaginez un instant si les pays en voie de développement pouvaient disposer d’une telle somme. Il leur serait assez facile d’engager des mesures pour assurer leur développement. On entend souvent dire qu’on donne déjà bien assez aux pays pauvres. C’est vrai, mais comparé à 2 milliards par jour ce qu’on donne c’est plutôt ridicule... D’un autre côté, pourquoi comparer 2 milliards par jour avec les fonds que l’on donne aux pays pauvres. Ce serait énorme de leur donner une telle somme. Nos économies bien portantes n’y résisteraient pas!

et pourtant, 2 milliards par jour c’est ce que payent les pays pauvres aux Etats-Unis... Oui oui vous avez bien lu! Pas loin de 750 milliards de dollars passent chaque année des pays pauvres aux Etats-Unis. Comment est-ce possible?

Pour comprendre, il faut comprendre comment fonctionne le système financier mondial. Le monde est un ensemble de pays ayant chacun sa monnaie. Lorsque avant les états souhaitaient stocker de la valeur, ils stockaient de l’or. La monnaie d’un pays et l’or qu’ils détenaient était liés. Cela permettait de se faire une réserve qui avait de multiples usages. Puis un beau jour, on a décidé que l’étalon or n’était plus nécessaire. L’important, c’était la confiance qu’une monnaie inspirait. A partir de ce jour, dès qu’il s’agissait de faire une réserve de valeur, on n’utilisait plus de l’or, mais une monnaie dans laquelle on avait confiance, c’est à dire qui ne perdrait pas sa valeur avec le temps.  Cette monnaie c’est le dollar américain. Le dollar américain est devenu une monnaie de réserve. Chaque état ayant besoin de se faire une réserve pour stabiliser sa monnaie, faire face à ses emprunts etc. doit se procurer des dollars. Pour cela, il achète des bons du trésor américain (ce qu’on appelle des T-bills). Prendre des T-bills revient donc à prêter de l’argent aux Etats-Unis.

Lorsqu’on fait un prêt à sa banque pour acheter une maison, la banque demande des garanties (hypothèque, caution bancaire, etc.). Pour un état, c’est différent. Un état est souverain, on ne peut pas hypothéquer son pays. On demande donc à un état d’avoir une réserve égale à sa dette en dollars. De plus, si une entreprise du pays pauvre emprunte de l’argent, l’état doit également augmenter sa réserve d’un montant égal pour garantir le prêt. En deux mots, pour emprunter 100 millions aux Etats-Unis, on est obligé de prêter 100 millions aux états-unis... L’opération pourrait être neutre, mais non, car la différence de taux n’a rien à voir. Si les états-unis prêtent à 20%, ses t-bills eux ne rapportent qu’entre 1 et 5%... Cherchez l’erreur! Grâce à cette différence de taux, ce sont des milliards qui passent des pays pauvres aux états-unis. Les états-unis en sont les grands bénéficiaires.

Attention, si les pays pauvres le font, c’est que cela à quand même quelques avantages. Notamment en terme de stabilité de leur monnaie. Mais ce système ne peut pas marcher indéfiniment. tous les économistes sont d’accord, le système s’autodétruit petit à petit. Plus les pays prennent des dollars pour faire leur réserve, et plus la confiance dans le dollar s’amenuise... De plus, la tentation est grande pour un pays dont la monnaie est la monnaie de réserve de s’endetter de plus en plus. A plusieurs reprise, les états-unis ont financé des réductions d’impôts par ce mécanisme.

Aujourd’hui, la question n’est pas de savoir si ce système marche ou pas, tout le monde est d’accord pour dire qu’il ne marche pas, la question est de savoir comment sortir de ce système sans rentrer dans une récession mondiale. Si tout le monde perd sa confiance dans le dollar en même temps, les états-unis devront rembourser cette dette énorme. De plus un pays qui détient énormément de réserve en dollars (par exemple la chine) serait tenter de limiter sa part en dollars mais si elle vend trop de dollars elle fait perdre de sa valeur aux dollars qui lui restent. Tout le monde est bloqué. Tout le monde se retrouve ainsi tributaire de la consommation américaine. Tant que les américains consomment à outrance, on a l’impression que le système fonctionne. Même si chaque jour il prive les pays en voie de développement d’environ 2 milliards de dollars. C’est pour cela que tout le monde est attentif aux indicateurs de l’économie américaine et notamment sa consommation. Il existe pourtant des solutions pour sortir de ce système pervers, et le pire c’est qu’elles sont simples. Mais revenir à un système équitable reviendrait à faire perdre cet avantage énorme au états-unis. Et pour l’instant toute tentative dans ce sens a été stoppé net par le FMI.

L’argent que les pays en voie de développement sont obligés de mettre dans leur réserve, c’est autant d’argent qu’ils n’utilisent pas pour l’éducation, la santé, le développement. Il est important de bien le réaliser lorsqu’on prétend qu’on donne suffisamment d’argent aux pays pauvres car le prix qu’ils sont obligés de payer pour soutenir la consommation occidentale est énorme. L’idée n’est pas de leur donner plus, mais de moins leur prendre. Maintenant il est aisé de comprendre qu’un pays pauvre qui possède des ressources préfère laisser une compagnie étrangère exploiter ses ressources plutôt que de laisser investir une compagnie nationale qui obligerait ainsi le pays à bloquer de grosses sommes d’argent dans sa réserve.

Il est indispensable si l’on veut revenir à un système équitable de remettre le système à plat. Le système actuel n’est plus viable, les seuls à en profiter sont les pays occidentaux, et on comprend aisément pourquoi ils ne sont pas pressés de changer de système même si  celui-ci s’autodétruit au fur et à mesure.

Puissions-nous revenir à la raison à temps.

Partager cet article

Repost 0
Published by Genfi - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Polydamas 22/12/2006 19:06

Mon seul commentaire sera, si vous souhaitez vraiment appréhender la réalité dans sa complexité, de lire non seulement Stiglitz, mais aussi et surtout, ses opposants. Ca vous permettra d'avoir les idées plus nettes....En outre, même quelqu'un comme Stiglitz peut avoir des raisons personnelles de biaiser la réalité (toutes les raisons possibles: politique, etc) donc c'est pour cela que je demande des chiffres au-dessus de tout soupçon. Vous dites que votre seule raison de lui faire confiance est qu'il est un ancien Prix Nobel. Je considère que c'est insuffisant.Or sur les chiffres que vous avez donné, bien des choses peuvent être remises en cause, parce que vous n'êtes pas suffisemment précis, qualité que l'économie requière tout particulièrement. Ce n'est pas grave, on a tous des défauts, mais il ne faut pas que l'idéologie vienne supplanter le manque de précision... Et Stiglitz n'est pas le dernier à faire de l'idéologie, ce qui a son petit succés en France, pays anti-américain, s'il en est.Si vous dites que les PVD sont les seuls à prêter de l'argent aux USA, ce que vous avez sous-entendu par vos chiffres, vous vous leurrez, puisque vous oubliez toutes les autres organisations internationales. Et pourquoi refusez vous d'aborder les emprunts à LONG TERME , au lieu de tout ramener au problème des réserves à court terme ? Parceque votre bouquin n'en parle pas ?Je pense surtout que les PVD souffrent de la guerre et de leurs éternelles dissenssions. Vous disiez que Stiglitz pouvait être facilement pris au sérieux. Et bien voici deux commentaires d'économistes professionnels d'un autre de ses livres qui nuancent, et c'est peu de le dire, votre propos. C'est ici et là.Il est d'ailleurs amusant de voir que bien que Stiglitz cogne violemment contre les organisations internationales telles que le FMI, il parle peu de la Banque Mondiale (dont il a été un des présidents) comme si cette dernière n'avait rien à se reprocher. Enfin, il ne souhaite nulle part leur abrogation, pas mal pour l'économiste vedette des altermondialistses.

Genfi 22/12/2006 19:46

Stiglitz est un des rares qui m'ai convaincu par son approche humaine de l'économie. L'économie doit être mise au service de tous pour le bien du plus grand nombre. Je sais que la tache n'est pas facile, la réalité complexe, mais c'est le devoir de l'intelligence humaine d'utiliser cette intelligence pour le bien du plus grand nombre. L'humanité à réussi des défis plus difficile que celui-là! Puisque il n'y a pas de consensus, je choisi de me placer du côté de ceux qui cherche à résoudre les problèmes pour le plus grand nombre. C'est pour cela qu'il a ma confiance et qu'il l'aura encore pour longtemps. Dans sont dernier livre, la critique de la banque mondiale est plus présente, et c'est parce qu'il était en opposition qu'il l'a quitté.J'aime cette citation qui dit:tout le monde savait que c'était impossible, il ne le savait pas alors il l'a fait.L'idée n'est pas d'être antiaméricain car il font parti de l'ensemble de l'humanité comme les autres. L'objectif est de revenir à l'équité pour tout le monde.Si je présente les tranferts de capitaux des pays pauvres en direction des USA, je ne dit pas qu'il n'y en a pas d'autres... Mais je me concentre juste sur cela. Passez de bonnes fêtes.

Polydamas 22/12/2006 13:56

Non, l'aspect court terme n'est pas explicite car c'est un ratio qui ne représente rien dans la réalité. Et ce n'était pas tout à fait l'objet de votre précédent article. Donc m'affirmer que je me plante alors que votre précision n'avait été indiquée qu'à un 18eme commentaire alors que c'est un élément, par honnéteté intellectuelle, qui nécessite d'être cité dés le billet, ce que vous n'avez manifestement pas fait, est un peu fort de café....Ensuite vous avez utilisé une argumentation uniquement avec les PVD, vous oubliez au passage toutes les autres institutions qui rachètent de la dette américiaine...En outre, je n'ai pas le temps ni la motivation de lire ce livre. Dire "C'est dans le livre, c'est dans le livre", sans parvenir à expliquer correctement la situation qui y est décrite, induit vos lecteurs en erreur, tout simplement. Ce n'est rien d'autre que de l'idéologie. Mais si je trouve le temps je le lirais....Ensuite votre paragraphe sur l'investissement est faux puisque par définition les réserves ne concernent que les prêts à COURT terme, pas à long terme, ne tirez pas de conclusions hatives....Sur les transferts technologiques, allez demander à la Chine et à toute l'Asie comment ils se sont développés.

Genfi 22/12/2006 15:24

Ça doit être ça, je dois manquer d’honnêteté intellectuelle.
 Mon article n’a qu’un but, montrer comment les pays pauvres sont obligés de prêter 2 milliards de dollars par jour au Etats-Unis. Lorsque je dis cela, je ne fait que reprendre les propos de Joseph Stiglitz. On peut être pour ou contre ses idées concernant l’économie, mais lorsqu’il est factuel, qu’il dit que les USA vivent au dessus de leurs moyens et qu’ils sont obligés d’emprunter 2 milliards de dollars par jours au pays pauvres, j’ai la faiblesse de prendre ses propos au sérieux dans la mesure où il a été vice-président de la banque mondiale. Maintenant si vous estimez qu’il se trompe ou que j’ai fait passer une autre idée avec mon article, cet espace de commentaire vous est ouvert pour rétablir la vérité.
 Si vous pensez que les pays en développement ne souffrent pas du système monétaire mondial comme le prétend Mr Stiglitz, vous pouvez le dire ici.
 Si vous pensez que les 2 milliards de dollars qui transitent par jours des pays pauvres vers les Etats-Unis ne gênent pas le développement des PVD vous pouvez également le dire ici.
 Si vous estimez que le système monétaire mondial n’est pas injuste pour les PVD vous pouvez encore le dire ici.
 Concernant les investissement, je ne vois pas comment un état peu consacrer un financement à l’éducation, la santé, l’infrastructure routière etc. pour faciliter son développement en étant obligé de mettre une partie non négligeable de ses recettes en réserve. Si vous estimez que c’est possible, vous pouvez le dire ici
 Si vous arrivez à trouver le temps et la motivation pour lire ce livre, c’est avec grand plaisir que je connaitrai votre point de vue. Mais il est vrai que le plus sage, pour ne pas risquer d’induire mes lecteurs en erreur, serait de leur conseiller la lecture de ce livre, ils pourront ainsi se faire une idée. Je pense que je vais préparer un article sur le sujet pour après les fêtes.
 Concernant les transferts technologiques ils ne peuvent être obtenus que si le rapport de force le permet. Quand on voit comment l’occident s’offusque lorsque la chine les obligent au transfert technologique, il n’y a aucune difficulté pour imaginer qu’ils s’en passent dès qu’ils en ont l’occasion, mais là aussi, si vous pensez que la majorité des PVD ne souhaitent pas qu’ai lieu le transfert technologique vous pouvez toujours le dire ici.
 Soyez toujours le bienvenu.

Polydamas 22/12/2006 01:25

Que le système ait des défauts, personne ne le conteste, qu'on soit capable d'en construire un autre est beaucoup moins acquis.Par ailleurs, où avez vous vu ou lu que c'était les pays pauvres qui devaient financer la dette américaine ? Les premiers acheteurs de la dette américaine sont des entreprises, des fonds de pension, les banques centrales chinoises et japonaises, les européens, bref plein de gens qui n'ont rien à voir avec les PVD. Je n'ai vu nulle part que les PVD (et j'ai arreté de classer la Chine dans les PVD) devaient payer 750 milliards par an aux USA....."On impose au pays de maintenir des réserves égales à leur dette à court terme libellées en dollars."Je me disais bien qu'il y avait un problème....Il s'agit ici de dettes à court terme, donc à l'échelle d'un ou deux ans maximum, en aucun cas de la dette long terme, l'équivalent d'un découvert, mais pour un état. La première n'est évidemment pas aussi importante que la seconde et c'est nécessaire tout simplement pour éviter que les pays africains n'empruntent à tout va sans projet à long terme, en gros, uniquement pour les facilités de caisse.C'est pour éviter qu'ils transforment leurs emprunts court terme en emprunt long terme, ce qui est une saine gestion.Vous aurez noté que nulle part, dans vos articles et commentaires précédents, vous n'aviez cité cet aspect pourtant trés important d'un point de vue comptable. Mon point de vue n'est donc pas infirmé, il serait inconcevable et contradictoire de penser que le FMI prête à long terme des sommes exactement equivalentes aux réserves....Maintenant il est aisé de comprendre qu’un pays pauvre qui possède des ressources préfère laisser une compagnie étrangère exploiter ses ressources plutôt que de laisser investir une compagnie nationale qui obligerait ainsi le pays à bloquer de grosses sommes d’argent dans sa réserve.Ben non, la plupart du temps, c'est qu'ils n'ont pas la technicité nécessaire pour construire ces infrastructures. Ils font appel aux Occidentaux en leur faisant payer un loyer, tout simplement....

Genfi 22/12/2006 07:45

Je vous ai donné la réponse... Lisez le livre, Joseph Stiglitz l'explique bien mieux que moi. quand au problème, permettez moi de vous signaler que si vous qui l'avait rajouté... En parlant de 2 milliards de dollars par jours, l'aspect court terme est assez implicite... là encore tout est bien expliqué dans le livre. De plus je vous avez déjà parlé de cette regle prudentielle et de l'aspect court terme dans mon commentaire du 18 sur l'article traitant de l'immigration.quant au 750 milliards... Il suffit de multiplier 2 par 365 et on a l'ordre de grandeur des flux financiers en direction des états-unis. De la somme d'argent que les pvd doivent mettre dans les réserves chaque année. c'est expliqué page 342 du livre.Pour exploiter une ressource, il faut un savoir faire et de l'argent. si vous n'avez pas le savoir faire, l'argent vous permet de vous payer des conseils. si les pvd pouvaient investir, ils investiraient en demandant conseil auprès des compagnies étrangères. Mais comme investir revient à bloquer de l'argent dans les réserves, le choix pour un gouvernement est vite fait, si il veux encore avoir la chance de s'occuper du développement de son pays par l'éducation et tout le reste. Le pvd est donc contraint de laisser s'installer une compagnie étrangère qui exploitera la ressource, se gavera de bénéfice, ne fera aucun transfert technologique et laissera un loyer ridicule pour se donner bonne conscience. C'est ainsi que ça fonctionne depuis longtemps...Je vous le répète, lisez le livre de joseph stiglitz, comme cela nous gagnerons du temps dans les commentaires, et vous pourrez nous faire part de votre avis éclairé!Bonne journée.

Polydamas 21/12/2006 22:38

Merci mais je connais les chiffres de la dette américaine. Cela n'a rien à voir avec les réserves que doivent avoir certains pays avant d'emprunter....La seule chose que m'inspirent ces chiffres est qu'ils ne sont pas crédibles. Un ratio de réserve de 100 % avec la somme empruntée, je n'y crois pas. Je ne le croirais que lorsque je lirais ce ratio dans un document estampillé FMI ou Banque Mondiale.C'est vous qui proposez ces faits afin d'étayer votre raisonnement, c'est à vous de les prouver, pas au lecteur....N'inversez pas les rôles. Si vous souhaitez vraiment appuyer votre raisonnement, fournissez toutes les sources officielles qui vous permettront de le construire...Mais je note que vous refusez toujours de m'indiquer la moindre source.Dois-je en tirer la conclusion qui s'impose ?

Genfi 21/12/2006 23:32

En se basant simplement sur les chiffre de la dette américaine, on s'aperçoit que les états unis doivent emprunter plus de 1,5 milliards de dollars par jour au reste du monde. ce calcul est facile:dette 2004 = $7,379,052,696,330.32dette 2005 = $7,932,709,661,723.50on fait la différence et on divise par 365. ces chiffres proviennent directement du bureau de la dette public du trésor américain consultable à l’adresse:http://www.publicdebt.treas.gov/opd/opdhisto4.htmLe “point gov” devrait vous rassurer quand à la provenance de ces chiffres.Le détail des réserves vous pouvez le trouver sur le site du FMI directement et en français à l’adresse:http://www.imf.org/external/pubs/ft/ar/2005/fra/pdf/file7f.pdfAvec une remarque toutefois que le FMI parle en DTS.Et pour finir, ce qui ne vous semble pas crédible, le ration de 100%. Et bien c’est Joseph Stiglitz qui le dit dans son livre “un autre monde” chapitre 9 page 340. On impose au pays de maintenir des réserves égales à leur dette à court terme libellées en dollars. Dans la mesure où Joseph Stiglitz a été vice-président de la banque mondiale pendant 3 ans de 1997 à 2000, je pense que nous pouvons raisonnablement estimer qu’il sait ce qu’il dit, et que cette affirmation est estampillée banque mondiale comme vous le souhaitiez. Mon article est d’ailleurs fortement inspiré de ce chapitre. il dit également page 335 que le système financier mondial fonctionne mal pour les pays en développement, que l’argent coule de bas en haut, qu’il va des pauvres vers les riches, que les états-unis vivent au dessus de leur moyens et sont obligé d’emprunter 2 milliards de dollars par jours au pays pauvres.Ce n’est pas la première fois que je vous parle de ce livre, peut-être devriez vous le lire à l’occasion car j’ai également l’intention d’aborder le problème de la dette des pays pauvres, et il me servira encore de document de travail.Bonne nuit.

Polydamas 21/12/2006 11:00

Je n'en sias rien s'ils sont vrai ou non, je veux juste des réponses à mes questions....Parceque ça fait longtemps que je demande, et que je n'ai eu nulle réponse satisfaisante, je commence sérieusement à douter de la teneur de vos propos....

Genfi 21/12/2006 19:40

Puisse ce doute vous mener à la connaissance.Ma question était pourtant simple. Pourquoi ne pas dire ce que vous inspirent ces chiffres? nous sommes là pour en débattre. Les trouvez vous a ce point disproportionnés? Pourtant si vous prennez la dette américaine de 2004 et celle de 2005, faites la différence, divisez par 365, vous devriez trouver un résultat cohérent avec les chiffres que j'annonce. Et encore là il ne s'agit que de la différence des flux de capitaux.Je vous laisse trouver les chiffres de la dette américaine par vos propres moyens, cela permettra de ne pas douter de mes sources. De plus ce sont des chiffres très facile à trouver sur le net.