Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2006 7 19 /11 /novembre /2006 10:41
Nous avons parfois tendance à oublier que naître est une des plus belles chances que nous puissions avoir. Cette chance est donné à n’importe quel nouveau né qui voit le jour sur la planète. Planète que se partage l’humanité pour profiter de ce don. Enfin partage... c’est une image... Car dès la naissance, ce qui était commun à chacun de nous laisse vite la place à un monde d’injustice et d’inégalité. Ceux qui ont la chance de naître dans un pays riche où le manque n’existe pas demande à celui qui naît dans un pays pauvre de souffrir en silence pour ne pas le déranger.

“Tu est né là où il n’y a rien à boire et rien à manger, t’as pas de chance mon gars, démerde-toi, tu n’avais qu’à naître de ce côté de la frontière...”

Le riche considère son modèle économique comme un modèle de référence, mais bizarrement, il ne le considère pas suffisamment efficace pour y intégrer le pauvre. Pourtant un modèle économique efficace doit ne doit pas dépendre du nombre de personne qui le constitue. Sinon il ne serait pas aussi efficace que ça... Un bon système économique doit permettre à toute personne qui l’intègre de pouvoir y vivre. Or ce n’est pas le cas!

Pourquoi? (et là c’est une question vraiment ouverte)

- Le riche consomme sa part plus la part du pauvre et c’est pour cela qu’il est riche. Ce qui sous entend également que le riche à besoin qu’il y ai des pauvres.
- La planète ne peut pas permettre à tout le monde de vivre dignement.
- Le pauvre est pauvre parce qu’il le veut bien...

Je ne m’avancerai pas à donner une réponse, mais juste mon point de vue. Je pense que si l’objectif d’une société humaine était de faire en sorte que chaque personne qui a eu la chance de naître puisse vivre dignement. Que si la création de la monnaie ne servait qu’à atteindre ce but. Que si devenir riche n’était pas un but en soi. Je pense que le monde d’aujourd’hui aurait certainement un autre visage. Une société humaine construite par l’homme et pour l’homme.

Or on n’est pas dans cette démarche. L’accumulation de richesse est devenu le seul objectif des sociétés modernes. Il faut être riche à tout prix.  Malheureusement on ne peux pas poursuivre ce but tous ensemble, pour s’enrichir il faut appauvrir quelqu’un. Aujourd’hui, si toute la planète devait avoir le même niveau de vie que l’Occident, ça ne marcherai pas. L’Occident à besoin pour vivre dignement d’acheter des produits fabriqués par des pays pauvres pour ne pas avoir à les payer trop cher. Si tout le monde avait le même niveau de vie, combien paierons nous ce que nous consommons? Si tout le monde avait le même niveau de vie comment faire pour assurer l’approvisionnement en ressource comme le pétrole? On a bien vu qu’avec la montée de la Chine les prix du pétrole et des matières premières se sont envolés. La pénurie de ces ressources montre bien que l’Occident n’a pas spécialement envie que le reste du monde consomme de la même façon.

Les chiffres parlent d’eux-même, 20% de la population mondiale consomme 80% des ressources. Ou plus directement, 80% de la population mondiale ne vit qu’avec 20% des ressources. Dans un monde équitable, 20% de la population mondiale ne devrait consommer que 20% des ressources... Et là nous aurions chacun la même chance...

Partager cet article

Repost 0
Published by Genfi - dans Réflexion
commenter cet article

commentaires

marcel 28/11/2006 21:45

J'aime bien la comparaison dans les commentaires avec les animaux. Comme quoi l'humain est vraiment prêt à tout pour se donner bonne consience.C'est marrant tout à coup comme la marque de l'évolution s'efface quand ça nous arrange.A ma connaissance, l'homme est le seul animal à "accumuler plus de nourriture, de territoire, et j'en passe, que nécessaire.C'est bien le problème. La quantité  accumulée dépasse, et de loin, les besoins.Quel animal au monde se conduit de la sorte, sinon l'homme ?

Carmen Molina 21/11/2006 10:44

Je ne crois pas que le riche "ait besoin" qu'il y ait des pauvres, je crois juste qu'il ne comprend pas que les responsabilités vont avec les privilèges et que son bonheur ne dépend pas de "toujours plus" comme il le croit, mais de "plus ensemble"... mais n'idéalisons pas les pauvres non plus, nous sommes tous des êtres humains imparfaits, qu'il ne tient qu'à nous d'être en même temps libres et heureux.

Genfi 21/11/2006 21:34

Dire que le riche ait besoin du pauvre n'a effectivement pas beaucoup de sens. La question est plutôt de savoir si on s'enrichi toujours au détriment de quelqu'un. Je pense que je vais développer cet idée pour mon article de demain.

henri 19/11/2006 23:18

Depuis que l'homme est devenu ce qu'il est, il a toujours cherché à s'adapter, à chercher des territoires plus fertiles en gibiers et ensuite en terres cultivables! Premier arrivé, premier servi! La loi est la même pour le reste du règne animal, et même végétal, d'ailleurs! Nous fonctionnons tous comme ça, chacun à notre petite échelle, même si nous avons les meilleures intentions du monde! Maintenant, je n'ai pas non plus de solution, à part celle de commencer à regarder en premier mon propre comportement !  C'est déjà pas mal!

Genfi 20/11/2006 21:34

Mais l'homme a la prétention d'être au dessus de l'animal par ses valeurs morales et humaines. L'homme est un animal social, qu'il le soit à l'échelle de la planète...

Barbarette 19/11/2006 22:45

Et oui être vivant c'est une belle chance que nous avons !Vivons à fond !Merci de ton passage chez moi.Bonne soirée.

Genfi 20/11/2006 21:34

Merci également pour ta visite.

Jean Christophe Bataille 19/11/2006 22:24

La surpopulation mondiale est un vrai problème qui est indépendant des systèmes politiques. Le marché bien régulé et le développement durable restent pour moi les piliers de l'économie mais le nombre croissant d'individus est un vrai péril. J'ai écrit un article aujourd'hui  sur ce sujet. Il est plus philosophique mais l'inventaire est le même.

Genfi 19/11/2006 22:50

Pour l'instant, je ne pense pas que le monde soit surpeuplé. A terme peut-être, mais aujourd'hui, le problème me semble plus être dans le partage des ressources que la taille de la population elle-même. Car aujourd'hui, nous aurions les moyens matériels, physiques et financiers pour faire vivre tout le monde dignement.Disons qu'aujourd'hui j'ai encore envie de croire que les choses sont possibles, mais à terme tu auras forcement raison...