Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 22:19
La situation au Tibet a naturellement amené cette question dans le débat public. La première chose, c’est qu’il faut arrêter une certaine hypocrisie... Le problème du Tibet n’est pas nouveau, et ni nos politiques, ni même les organisateurs des JO ne peuvent dire: “on ne savait pas...”. tout le monde connaissait la situation, mais comme elle n’était pas médiatisée, cela n’était pas un problème.

Ensuite, qu’apporterai un boycott..? Est-ce qu’une fois le boycott réalisé, le monde continuerai à s’occuper du problème tibétain... Il y a peu de chance. Par contre la Chine, elle risque fort de le faire payer cher aux tibétains et au reste du monde. Car aujourd’hui, la Chine est plutôt en position de force en ce qui concerne le domaine économique. Il n’y a qu’à voir comment les grandes économies se prosterne devant la Chine pour obtenir quelques contrats. La France y compris.

Autre point à ne pas négliger, il s’agit de la Chine... et donc des chinois... Un boycott serait vécu comme une terrible humiliation par les chinois, qui forcement n’aurait plus qu’une idée en tête, laver l’affront. La négociation avec la Chine doit pouvoir leur laisser l’impression qu’ils n’ont pas cédé, qu’il ont gardé la tête haute. Cela requière une certaine subtilité...

Si après le 11 septembre, le monde c’est senti “tous américains”, il y a peu de  chance qu’aujourd’hui il se sente “tous tibétains”... donc franchement le boycott ferait plus de mal que de bien.

La seule chose qu’il faut privilégier, c’est le dialogue sino-tibétain. forcer un peu la main du gouvernement chinois pour s'asseoir à la table des négociations avec le Dalaï-Lama et les officiels tibétains. Le Dalaï-Lama sait très bien que l’indépendance n’est pas envisageable. La communauté internationale n’a rien fait il y a 50 ans quand la Chine n’avait pas la puissance qu’elle a aujourd’hui, il n’y a pas de raison que les choses changent aujourd’hui. Le Tibet a volontairement été sacrifié il y a 50 ans, il n’y a pas de raison qu’aujourd’hui nous changions d’avis. Ceux qui veulent en savoir plus peuvent lire le livre “Tibet, le pays sacrifié” de Claude Arpi aux éditions Calmann-Lévy.

Dans la mesure où l’indépendance n’est plus envisageable, il est possible de discuter de l’autonomie. Autonomie qui est déjà plus ou moins prévue puisque la Chine a rebaptisé une partie du Tibet la Région Autonome du Tibet. Qui pour l’instant n’a d’autonome que le nom. Mais les éléments sont là pour espérer trouver une solution. Car que demandent les tibétains? Simplement le droit de vivre suivant leur culture et leurs traditions. Qu’il fasse partie de la Chine en soit n’est pas un problème si ils peuvent garder leur liberté culturelle et religieuse. Car les tibétains forment un peuple très religieux, ce qui s’oppose bien évidement au régime de Pékin pour qui la religion est un poison...

La crainte du Dalaï-Lama est de voir  se développer un sentiment anti-chinois. Ce qui compromettrait toutes chances de voir aboutir des négociations. Le rôle de la communauté internationale doit donc se limiter à ça. Inviter les chinois à dialoguer avec le Dalaï-Lama, et se poser en simple observateur et médiateur.

Je fais donc partie des gens qui pensent que le boycott n’est pas une bonne chose.

Aujourd’hui, les tibétains ont conscience que c’est maintenant qu’il faut faire parler d’eux. C’est maintenant qu’il dispose d’une écoute attentive de la communauté internationale. Il savent aussi, qu’une fois les JO terminés, le monde entier tournera ses yeux dans la direction opposée. Ils jouent donc gros, très gros, il n’ont de toute façon plus grand chose à perdre, ils sont juste en train d’abattre leur unique et dernière carte.

La communauté internationale doit donc agir pour aider le Dalaï-Lama à négocié l’accord en 5 points qu’il à formulé voilà maintenant plusieurs années:

1. Transformation de l’ensemble du Tibet en une zone de paix ;

2. Abandon par la Chine de sa politique de transfert de population qui met en danger l’existence des Tibétains en tant que peuple ;

3. Respect des droits fondamentaux et des libertés démocratiques du peuple tibétain ;

4. Restauration et protection de l’environnement naturel du Tibet, ainsi que cessation par la Chine de sa politique d’utilisation du Tibet dans la production d’armes nucléaires et pour y ensevelir des déchets nucléaires ;

5. Engagement de négociations sérieuses à propos du statut futur du Tibet et des relations entre les peuples tibétain et chinois.


Partager cet article

Repost 0
Published by Genfi - dans Tibet
commenter cet article

commentaires

Raksha 20/03/2008 20:54

Pour une fois, je suis pas tout a fait de ton avis..A vrai dire je sais plus trop !! D'accord le boycott est dangeureux "économiquement", mais alors devons-nous laisser faire ??S'aplattir ?? Les tibétains sont les "messagers" d'une grande spiritualité, c'est donc logique que le dalai lama soit contre un boycott...mais à un moment ou toute la planète observe la Chine, faut-il fermer les yeux à cause de leur poids "économique" ??
J'ai parfois bien du mal à définir quand un comportement est une forme de lacheté ou d'amour, les deux me semblent bien emmeler parfois..Et pendant ce temps les arestations, les tortures continuent...mon coeur ne peux pas l'accepter et c'est toujours lui qui me guide !

Tristan 20/03/2008 11:30

Je ne suis pas pour le boycot non plus, mais pour une autre raison. Le Dalaï  Lama ne le demande pas et ne le souhaite pas. Dans ces conditions soit, le boycot devient une ingérance dans la politique du Dalaï Lama qui peut plus lui nuire que lui faire du bien. J'apprécierais beaucoup plus que quelques athlètes vainqueurs se préparent à lèver le point comme Tommie Smith aux JO de 1968, ou montre au monde leur grandeur d'âme est les vertues des valeurs de respect et de démocratie comme Jesse Owens aux JO de Berlin de 1936 en pleine allemagne nazi.J'ai le sentiment que ces JO vont probablement révéler l'état d'hypocrisie ou de réveil que l'humanité se prépare à vivre dans les prochaines années.

esther 20/03/2008 08:48

je signe où? je suis totalement pour...mais, une fois les JO fini, je pense que, comme le monde continuera à regarder autre chose qie le Tibet...les chinois ne tiennent pas parole...;

Christian JULIA 20/03/2008 06:03

on ne peut que partager ton avis ; le regard que tu portes est soutenu par une énergie de conciliation. Il n'y a pas de place pour des solutions conflictuelles, seule la voie de l'amour peut conduire sur les chemins d'une paix partagée. Il est évident que ce n'est pas en humiliant un peuple que l'on construira un avenir heureux ; de la même façon, une solution pacifique existe pour le peuple Tibétain.Potons provençaus

Chris-sou 20/03/2008 01:02

Dans tous les cas c' est le moment de faire quelque chose car comme tu dis, c' est sans doute l' ultime carte à jouer. Je crois qu' il va y avoir beaucoup d' actions et de pression de la part des ONG qui boosteront les gouvernements jusqu' aux JO. Que dire de l' ONU ?!...Mais il faut se faire une raison, le Potala va rester un musée, majestueux mais sans âme. Le "bon" côté du drame tibétain et de sa diaspora : nous avoir permis de découvrir le Vadjrayana. Sachons en profiter. L' esprit du Tibet est planétaire, les Rimpotchés demeurent et enseignent en Occident, boycott ou pas. De plus, n' oublions pas que les premiers désireux à vivre démocratiquement en Chine sont les chinois... Mangalam.