Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 01:05
Pour continuer sur la lancée de mon article précédent, et puisque dans quelques jours des mouvements sociaux vont avoir lieu pour défendre les retraites, c’est peut être l’occasion de parler un peu retraite...

C’est manifestement un sujet où tout le monde à quelque chose à dire, alors pour commencer, je vais me limiter dans cet article à simplement définir la retraite, et vous invite à participer à cette réflexion.

L’idée est de définir la retraite car si on se réfère à sa définition du dictionnaire, c’est tout simplement le fait de se retirer de la vie active. Or, en tant que membre d’une société humaine, que pouvons nous attendre de la retraite?

Si nous faisons le bilan, nous passons d’abord la première partie de notre vie à l’école pour y emmagasiner des connaissances. C’est une période qu’en général on apprécie quelques années après qu’elle soit terminée... ensuite, nous travaillons et produisons de la richesse, et enfin, après de bons et loyaux services, on considère qu’on a plus rien à vous demander et vous pouvez enfin faire ce que bon vous semble. Et pour cela on nous donne tout les mois de l’argent de poche pour faire face à nos dépenses courante. En fait la retraite est un peu la récompense d’une vie de labeur.

A partir de là, quand avons nous droit à cette récompense? Avant de parler financement de la retraite, il est serait intéressant de se demander à quoi doit correspondre cette récompense? 5, 10, 20 ans? Le problème c’est que nous ne savons pas quand nous mourrons. La seule donnée que nous ayons c’est l’espérance de vie calculée par l’insee.

aujourd’hui pour un homme elle est de 77,2 ans. D’ailleurs ce qui est surprenant lorsqu’on manipule ces chiffres, c’est que l’espérance de vie qu’on donne en 2006, concerne les enfant née en 2006. La définition de l’insee est bien clair sur ce sujet. Mais dès qu’il s’agit politique, si en 2006 on dit qu’un homme qui naît aujourd’hui aura une espérance de vie de 77,2 ans, le politique comprend que tout homme encore en vie en 2006 a des chances de vivre 77,2 ans...


Donc on dispose d’une durée de vie statistique. La question est, et là je vous demande de répondre sans réfléchir à son financement:

A combien d’années de retraite avons nous droit pour une vie de labeur? On peut raisonner en % ou en nombre d’année.

Comme c’est moi qui écris l’article, je donne ma réponse en premier. J’imagine au minimum 10 ans de retraite. Une vie de labeur mérite au moins 10 ans de tranquillité en fin de vie.

Mais quand on dit 10 ans, on dit 10 ans en pleine possession de ses moyens ou bien on ne tient pas compte de l’état de santé? Si on dit au moins 10 ans en pleine possession de ses moyens, sachant qu’on n’arrête pas de nous dire que si les cancers sont plus nombreux, les maladies d’Alzheimer et de Parkinson sont plus répandues c’est parce qu’on vit plus vieux, si on veut bénéficier de 10 ans en pleine possession de ses moyens, c’est sûr partir à 67 ans est plutôt risqué... Si je prend mon cas personnel, j’ai commencé à travailler apres l’armée à 24 ans, sachant qu’il me faudra environ 42 ans de cotisations, je pourrais partir à la retraite à 66 ans. A 66 ans j’ai combien de chance de pouvoir passer 10 ans en pleine possession de mes moyens? Un étude à montrée qu’à 75 ans, environ 20% des personnes ont des “chances” d’être atteintes par la maladie d’Alzheimer ou une maladie dégénérative apparentée. Et on ne parle pas ici de cancer et autre joyeuseté de la vieillesse... Donc si je pars en retraite en 66 ans, avoir 10 ans en pleine possession de mes moyen est loin d’être acquit. Et ceci bien sûr, si je ne connais pas une seule fois le chômage, ce qui m’obligerai à retarder mon départ...

En conclusion estimer qu’une vie de labeur me donnerait droit à 10 ans de tranquillité semble un peu utopique... Il me faut donc revoir mes prétentions à la baisse.

Je vous repose la question. A combien d’année pensez-vous que nous ayons droit pour une vie de labeur? Répondez à cette question sans vous soucier du financement, j’aborderai ce point dans les article suivants.

Partager cet article

Repost 0
Published by Genfi - dans Réflexion
commenter cet article

commentaires

danka 11/11/2007 00:22

Nul devrait jamais travailler , produire, exploiter....la retraite devrait se vivre quant chacun le souhait et le recent aucun age , à des périodes différentes ..... voici un texte (long  à lire) sur une autre vision du travail :http://www.aredje.net/lecture.txt/black1.htm extrait : Le travail est la source de toute misère, ou presque, dans ce monde. Tous les maux qui se peuvent nommer proviennent de ce que l'on travaille - ou de ce que l'on vit dans un monde voué au travail. Si nous voulons cesser de souffrir il nous faut arrêter de travailler..........Cela ne signifie nullement que nous devrions arrêter de nous activer.Nul ne devrait jamais travailler. Prolétaires du monde entier, reposez-vous !bonne nuit        

Carmen Molina 09/11/2007 13:06

J'ai envie de réagir comme Pivoine : pourquoi serait-ce un droit ? Quand mon père est né, çà n'existait pas la retraite. C'est donc un phénomène qui existe depuis très peu de temps, comme le dit Mamapasta, qui a existé à une période économique très faste et très courte de notre histoire. C'est bien fini aujourd'hui, n'en aura profité vraiment qu'une seule génération. On va donc avoir à faire en matière de travail et de retraite très rapidement à une mutation énorme. Il vaut mieux s'y préparer sinon on devra s'attendre à des jours extrêmement difficiles, et là, je ne pense pas à toutes les questions que tu soulèves et qui sont intéressantes et légitimes, mais à un changement total de mentalité sur ces 2 points là. Déjà pour commencer, pour partir à la retraite, il faut avoir eu un travail, et çà se fait de plus en plus rare. En ce qui me concerne, je suis à l'âge (54 ans) où les gens se préparent à la retraite ou y sont déjà et mon choix a été de me former, à mes frais, à un changement professionnel qui m'amènera à faire enfin ce qui me plaît. Je ne peux même pas imaginer qu'un jour je ne travaillerai pas, et pourtant je ne suis pas du tout une acharnée du boulot, simplement je crois que c'est çà qui nous relie à la vie, qui nous confronte aussi au lien social, essentiel à mes yeux. Mais biensûr les situations et les désirs peuvent être très différents en ce domaine comme dans d'autres.Bises à toiCarmen

BBK.mel 08/11/2007 12:28

Pour revenir à la notion de pénibilité du travail, je crois que la difficulté est de la cerner et de la quantifier. Chacun y va de son petit laïus sur ses propres difficultés et le fait qu'un travail à l'air à priori plus cool qu'un autre ne doit pas faire oublier qu'il peut être tout aussi pénible.Je fais partie de la génération à qui l'on a dit "vous travaillerez 37,5 ou 40 ans (selon public ou privé)" puis on nous annonce 41, 42 voire pour certains 45. J'en déduis donc que si je veux partir quand j'estimerai ne plus avoir envie, ne plus avoir la pêche, il faudra que je me démerde toute seule!

mamapasta 07/11/2007 22:31

La retraite est un concept très récent, jusqu’à la dernière guerre, les anciens, hors d’état de travailler étaient pris en charge par leur progéniture ou par un hospice , à moins qu’ils n’aient une situation leur permettant de mettre  « des sous »  de coté, dans un pays à majorité agricole , on logeait les ancêtres survivants qui aidaient aux travaux dans a mesure de leurs capacités ( épluchage du maïs ou garde d’enfants ). Mais aussi on demandait conseil à ces personnes d’expérience.Lors de la création de la retraite ( à  65ans) il est remarquable de noter que l’espérance de vie des hommes était de 63 ans, donc le nombre de retraités était fort réduit !Notre espérance de vie s’allonge d’un trimestre par année civile, mais aussi le nombre d’années sans handicap majeur , aussi sommes nous capables de travailler plus longtemps ( mais en avons nous envie ? ? )Devant l’aggravation des conditions de travail liée à la pénurie de professionnels dans mon secteur, j’avoue que j’aurais, non pas envie de retraite , mais de changement d'activité ,pour les années à venir !Et puis ensuite , puisqu’il paraît que les caisses seront vides , je me verrais bien vivre en collocation avec de «  vieux »  amis , plutôt que dans un micro studio individuel à la hauteur de ma micro-pension. ( pourvu que l’on me laisse l’accès aux casseroles )

Agathe 07/11/2007 19:14

Pour le moment j'en suis encore au stade d'appréciation de mes dernières années d'études donc diffile de penser à la retraite ... (On peut toujours se dire qu'en mangeant tout plein de légumes on augmente notre espérance de vie ... )

Genfi 07/11/2007 20:03

Ce n'est pas faux... surtout que les recettes que tu donnes sont des plus alléchantes... quand à la retraite, espérons qu'un jour tu puisses en avoir une...