Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 13:42

La pression exercée par les mouvements pour l'abolition de la corrida n'a jamais été aussi forte qu'en 2013. Et n'en déplaise au milieu taurin, 2014 devrait être plus intense encore. Le mouvement est en marche et rien ne semble pouvoir l'arrêter. Contrairement à ce qu'on voudrait bien faire croire, ce mouvement n'est pas qu'un simple mouvement animaliste. C'est aussi un mouvement porté par l'envie d'une société plus humaine basée sur des valeurs qui excluent la torture animale du champ de la démocratie.


D'après le droit français la corrida est un acte de torture condamnable. La loi en effet interdit toute pratique de torture sur les animaux. Si aujourd'hui la corrida se pratique dans quelques régions françaises, c'est grâce à la présence d'un alinéa ajouté au texte de loi. Cet alinéa valide le fait que la corrida est une torture mais que l'état français ferme les yeux sur cette pratique d'un autre âge. Et c'est toujours grâce à cet alinéa qu'à chaque fois qu'une personne du milieu taurin prend la parole c'est pour dire : la corrida est légale !


Pour le monde taurin, cet alinéa est intouchable et immuable. La société doit rester ancrée dans le passé et autoriser cette pratique barbare jusqu'à l'extinction de l'Humanite. Pourtant, la loi n'est pas quelque chose de statique. Elle évolue dans le temps en même temps que la société. Ce qui est vrai un jour peut ne plus l'être le jour suivant.


Et justement, voilà maintenant des années que la corrida n'est plus en phase avec la société. Une grande majorité la rejette et la trouve non conforme aux valeurs de la République. Fermer les yeux sur un acte de torture crée un vrai malaise. L'injustice que représente le maintient de cet alinéa est de plus en plus manifeste et beaucoup d'entre nous ne peuvent plus l'accepter.


La chance du milieu taurin c'est d'avoir des relais solides dans le pouvoir. Grâce à eux, toute volonté de remettre en cause la légitimité de cet alinéa s'est soldé par un échec jusqu'à présent. Personne n'est surpris d'apprendre que ceux qui font de la politique pour l'amour du pouvoir se délectent de ce genre de pratique qui donne le sentiment de puissance, de pouvoir de vie ou de mort sur un être sensible. Elle se situe là la fracture entre les politiques et le peuple. Un nombre non négligeable d'assoiffés de pouvoir défendent la corrida en haut lieux alors que le peuple la rejette en masse. C'est certainement dans cet abus de pouvoir qu'il faut trouver les causes de l'intensification du mouvement pour l'abolition. Puisque les politiques n'ont pas le courage ou la volonté de s'occuper du problème, c'est le peuple qui remet la question taurine à l'ordre du jour de ce qui nous gouvernent.


Il est à noter que si la loi ferme les yeux sur la barbarie des arènes, elle donne aussi au peuple la liberté d'expression. Et comble de l'ironie, le monde taurin qui rêve d'une loi figée pour l'éternité concernant ses pratiques barbares, n'hésite pas à demander aux pouvoirs publics de revoir la loi pour enlever au peuple sa liberté d'expression pour ne plus être gênés lorsqu'il torture. Triste paradoxe...


Il est donc temps que le monde taurin réalise que leur jeu barbare n'est plus en phase avec la société, que la société aspire à plus de compassion envers le vivant, qu'aujourd'hui il est temps de mettre en cohérence la loi avec l'esprit et les aspirations du peuple. Le monde taurin doit comprendre que le mouvement pour l'abolition n'est pas un simple mouvement animaliste comme il aime à le répéter. C'est d'ailleurs dans sa stratégie de défense de faire croire que ceux qui défendent les taureaux haïssent les hommes. Une logique binaire répétée à tout bout de champ : "si t'es contre la corrida tu détestes les hommes." Rien n'est moins vrai tant on trouve dans les rangs des abolitionnistes des gens qui œuvrent pour la compassion au sens large, englobant l'Homme et l'Animal.


Certains députés ont compris la nécessité de mettre fin à cette pratique. Aujourd'hui une nouvelle proposition de loi est prête à être présentée à l'assemblée. Si les précédents projets de loi n'avaient pas trouvé l'écho nécessaire auprès des autres députés pour espérer être examiné, aujourd'hui la pression maintenue par le mouvement abolitionniste fait que cette question est devenue une question d'actualité. Lorsque à chaque corrida il est nécessaire de faire intervenir les forces de l'ordre et déployer des moyens disproportionnés pour qu'une poignée d'aficiodanos puissent se réjouir d'un spectacle de torture, nos députés doivent s'interroger sur la légitimité d'une telle pratique.


Aujourd’hui nous pouvons apporter une aide sérieuse à ce texte de loi en contactant nos députés pour leur faire comprendre une bonne fois pour toute que la corrida fait partie du passé. Pour se faire, rien de plus simple. Il suffit d’envoyer un mail à son député. Si vous n’avez pas son adresse et si vous ne savez pas qui est votre député vous pouvez trouver facilement tout ça à l’adresse suivante :


http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/departements.asp


Aussi surprenant que cela puisse paraitre un grand nombre de personnes ont peur de contacter leur député. Pourtant un député est le relais entre le peuple et le pouvoir, le fonctionnement de nos institutions prévoit donc que chaque député puisse être contacté par ses citoyens. Nous ne devons jamais hésiter à le faire.

Pas besoin de faire une longue prose, quelques lignes stipulant que vous soutenez le projet de loi qui met
un terme à la corrida suffisent.

Le texte de loi est celui-ci :


http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1448.asp


Si nos mails sont assez nombreux, la pression exercée par le peuple sera à même de contrer la pression exercée à l’intérieur du pouvoir pour maintenir la corrida. Notre mobilisation par mail doit être la suite logique de notre mobilisation face aux arènes. C’est ainsi que nous pourrons espérer mettre fin à ces massacres.


Le mouvement abolitionniste, que certains aimeraient faire passer pour liberticide et violent tire donc la société vers le haut. Il invite la société à plus de compassion, de respect envers le vivant, humain comme animal. Tous les marqueurs de la société indiquent qu'il faut en finir avec cette pratique. Le peuple est majoritairement contre et aspire sincèrement à une culture non violente. Le seul obstacle qui demeure c'est la forte présence du milieu taurin dans le gouvernement. Et sans la détermination du mouvement abolitionniste il est quasi impossible de faire discuter la question taurine à l'assemblée. Le peuple qui se mobilise pour l'abolition est un soutien plus que nécessaire aux députés qui présentent le projet de loi pour mettre fin à cette barbarie. Sans la rue qui s'impatiente, les députés complices vont traîner les pieds tant qu'ils le peuvent.


Construisons une société plus humaine.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bramas 07/08/2014 19:37

Bonjour.Votre combat est juste à condition que vous soyez végétarien .Ce qui est étonnant , l'abattage des moutons dans la rue sans étourdir l'animal est autorisé par la loi ,et encouragé par nos dirigeants politiques , est que dites vous ? Rien .

Genfi 12/08/2014 09:54

C'est une question qui revient souvent... Même si pour ma part, je suis végane et donc que je refuse toute forme d'exploitation animale ou humaine, il n'est pas nécessaire de l'être pour s'opposer à la corrida. Transformer la mort en spectacle est condamnable même par ceux qui mangent de la viande.

clauzel 31/12/2013 13:02

J'écris à mon député, merci pour ton texte qui m'y a encouragé

CSP 24/12/2013 20:25

Et il va falloir serrer les rangs, être unis, et malins!
http://www.midilibre.fr/2013/12/24/les-aficionados-contre-attaquent,801199.php