Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 20:44

Il existe beaucoup de formules qui relient le nombre PI au nombre d’or PHI. Et c’est assez logique car il est toujours possible de relier deux nombres par une formule mathématique plus ou moins complexe.

 

Ce qui va suivre n’est pas tant une nouvelle formule mathématique reliant ces deux nombres mais plutôt une récréation mathématique visant à montrer que PHI et PI sont finalement reliés de manière assez naturelle et qu’il est facile de le montrer sans faire de gros calculs. L’idée n’est pas de faire une démonstration mathématique rigoureuse, mais de montrer de manière simple comment en ayant PHI on peut finalement se relier au cercle. Et qui dit cercle, dit PI.

 

C’est en regardant un documentaire sur les pyramides que j’ai eu envie de vérifier les affirmations faites dans cette vidéo. En effet, il était dit que dans les dimensions de la pyramide on trouver assez facilement le nombre PHI et le nombre PI. Ce qui permettait de conclure que les bâtisseurs de pyramides connaissaient les deux. Vrai ou pas, n’est pas le sujet de ce qui suis. Toutefois, on peut facilement constater qu’en jouant avec le nombre d’or on tombe assez facilement sur PI, et qu’en ayant choisi des proportions respectant le nombre d’or dans certaines dimensions des pyramides, trouver un multiple de PI dans le démi-périmètre de la base n’est qu’une conséquence du premier choix.

 

D’ailleurs, si en tant que bâtisseur de pyramide j’avais voulu inclure de manière cachée que je connaissais PI et PHI j’aurais choisi les dimensions qui minimisent l’erreur entre les deux. C’est à dire soit on fixe PHI de manière précise et on a quelque chose d’approchant un multiple de PI sur son périmètre, soit on fixe PI de manière précise et on aura un rapport approchant de PHI. Il est impossible d’avoir les deux précis compte tenue de la forme choisie. Si pour la forme donnée on avait pris les dimensions qui permettait de minimiser l’erreur sur les deux, là on aurait pu conclure sans hésiter qu’ils connaissaient bien les deux.

 

Fermons cette parenthèse et attaquons la démonstration liant ces deux nombres particuliers.

 

On considérera que le nombre PHI est connu ainsi que ses propriétés suivantes :

PHI + 1 = PHI^2
PHI - 1 = 1/PHI

Dit en toute lettre, ajouter 1 à PHI équivaut à l’élever au carré. Soustraire 1 à PHI donne son inverse.

 

C’est cette particularité qui lui donne son côté précieux que nous allons exploiter pour relier PHI à PI.

 


Nous savons que ce rapport PHI était beaucoup utilisé dans les constructions. Et quoi de mieux lorsqu’on devait tailler une pierre ou autre d’avoir un gabarit ou une règle aux bonnes dimensions. De manière très simple on peut imaginer une règle en deux parties, l’une valant l’unité qu’on se donne, l’autre valant cette unité fois PHI. Pour simplifier nous prendrons 1 comme unité. on obtient une gabarit articulé avec une branche mesurant l’unité choisie et l’autre valant l’unité fois PHI. Comme sur l’image ci-dessous.

Comment relier de manière naturelle PHI à PI

Avec ce gabarit à 2 branches nous pouvons tailler des pierres respectant les proportions du nombre d’or. Et puisque nous avons une branche mesurant 1 et une branche mesurant PHI nous pouvons avoir 4 mesures. PHI par une branche, l’unité par l’autre branche et PHI au carré par l’utilisation des deux branches et enfin l’inverse de PHI en pliant la branche unité sur la branche PHI. Bien pratique pour s’éviter des calculs compliqués. 

 

Si on en reste là, il sera difficile de faire le lien avec PI. Pour le faire apparaitre il faut repenser notre gabarit articulé. au lieu d’avoir PHI et 1, on va construire un gabarit à 3 morceaux dont le plus petit élément vaut l’inverse de PHI et les deux autres valent 1 comme indiqué dans l’image ci-dessous.

 

Comment relier de manière naturelle PHI à PI

Une fois qu’on a fait ça, on a un gabarit en 3 morceaux qui nous donne les mêmes mesures qu’avant. Enfin presque.... Puisque maintenant on peut former un triangle et ainsi disposer de 2 mesures supplémentaires. Les angles !

 

Je vous passe les calculs qui sont faciles puisqu’on connait la longueur des 3 côtés, on a un angle de 36° et deux angles de 72°.

 

C’est là que la magie opère. En ayant joué avec seulement le nombre d’or on obtient l’angle 36° qui n’est pas anodin puisqu’il vaut 2PI/10.

 

Comment relier de manière naturelle PHI à PI

Ce qui veut dire que le gabarit mis en triangle peut séparer un cercle en 10 de manière parfaite. Ce qui n’a rien d’anodin.

Comment relier de manière naturelle PHI à PI

On voit donc de manière simple et sans poser le moindre calcul pourquoi PHI et PI sont naturellement reliés et que lorsqu'on joue avec l'un on a l'autre....

12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 08:45

Le véganisme n'a pas pour origine la volonté de se prendre la tête sur sa définition, sur ce qui peut être fait ou non lorsqu'on se défini comme végane. Derrière le mot végane se cache avant tout une démarche éthique, une volonté d'agir en conscience et de se poser la question légitime des conséquences de chacun de nos choix. Une démarche qui nous rend responsable vis-à-vis de l'impact que nous voulons avoir sur le monde et les êtres qui le peuplent. Notre champ d'action étant par nature limité nous ne pouvons faire qu'au mieux de nos possibilités, de nos connaissances, de notre compréhension des informations que nous avons. Etre végane ce n'est donc pas se considérer comme parfait mais bien au contraire avoir pris conscience que nous sommes perfectibles. C'est avoir pris conscience que tous nos choix nous engagent et qu'ils doivent être fait en conscience. Notre attitude s'inscrit dans une démarche d'amélioration que nous voulons continue. Quoi qu'il en soit, dans cette démarche, le fil conducteur reste avant tout celui de ne pas nuire au sens le plus large possible.

Published by Genfi
commenter cet article
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 20:14

Bonjour à tous,

depuis quelques temps je suis moins présent sur mon blog car je dois me rendre à l'évidence l'information circule beaucoup plus facilement sur les réseaux sociaux qu'ici. Si je n'envisage pas de supprimer mon blog, ne serait-ce que pour laisser l'information disponible et me permettre de publier quand même de temps en temps, je souhaite vous informer que ceux qui le veulent peuvent me suivre directement via facebook. Il suffit de chercher le profil "genfi Clauzel". C'est un profil public ce que j'y publie est visible par tout le monde, vous pouvez donc soit le consulter à votre guise, soit vous abonner pour être prévenu de mes publications, soit me demander en amis.

J'aimerai quand même savoir si parmi vous il y en a qui me suivent régulièrement et qui n'ont pas facebook. Si tout le monde accède au fameux réseau, j'aurai moins de scrupule à ne publier que par cette voie. si parmi vous il s'en trouve que ne me consulte que par mon blog, je tacherai de continuer à publier quelques articles de temps en temps.

en tout cas merci de tout coeur pour votre fidélité.

Published by Genfi
commenter cet article
11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 15:59

Une vidéo vraiment très inspirante sur les "incroyables comestibles". Les sous-titres en français sont disponibles.

11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 09:13

Aussi dures soient les épreuves, nous ne devons jamais perdre notre capacité à aimer. C'est en la préservant que nous pourrons la transmettre.

Nous transmettons ce que nous avons
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 21:36

Une vidéo un peu longue (2 heures) mais très instructive faite par Gabriel Rabhi, un des fils de Pierre Rabhi. Cette vidéo explique de manière assez simple les mécanismes financiers qu'il nous faut comprendre pour comprendre la société d'aujourd'hui et comprendre pourquoi le système va naturellement à sa perte.

N'hésitez pas non plus à consulter le site de Gabriel Rabhi :

Published by Genfi - dans Economie
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 16:47

Thomas Lepeltier, historien et philosophe des sciences nous propose un livre intéressant à lire que nous soyons omnivores ou végéta*iens.

En effet, nous avons souvent à faire face aux mêmes arguments dès que nous faisons notre coming-out végétal. Il nous faut en permanence expliquer nos choix et répondre à des reflexions et des argumantaires qui frôlent parfois le ridicule.

 

Ce livre peut nous faire gagner un temps fou... Plutôt que de répondre, il est parfois plus simple d'encourager la lecture de ce livre qui présente de manière documentée les réponses aux interrogations de nos proches sur nos motivations et notre démarche.

 

 

Dans ce livre, l'auteur explique pourquoi la révlution végétale est inévitable. De manière synthétique, il explique les conditions d'élevages et de production des produits carnés et laiters qu'il confronte à l'idéal de compassion présent en chacun. Il donne aussi des réponses pertinentes aux principales remarques qui peuvent nous être faites lorsque nous expliquons nos choix.

 

 

En résumé, plutôt que de se lancer dans un vaste débat qui peut gâcher un repas de famille, prêtez plutôt votre livre à vos proches, ce sera plus simple et préservera l'ambiance du repas...

 

Published by Genfi
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 16:21

Il faut être naïf pour croire qu'en 2014, alors qu'on étudie le corps humain depuis la nuit des temps nous n'aurions toujours pas compris comment il fonctionne... Notre technologie et notre science font que le corps humain n'a plus vraiment beaucoup de secrets pour nous. Pourtant, en 2014 la maladie fait encore partie du quotidien des sociétés humaines.

 

 

Globalement, ce que nous avons bien compris, c'est comment il fonctionne et comment le corps vient à se dérégler pour que s'installe la maladie. Nous avons également bien compris comment permettre au corps de retrouver la santé pour bon nombre de maladies. Logiquement, une société tournée vers le bien-être de ses membres ferait donc tout pour que l'équilibre du corps soit maintenu en travaillant en permanence sur le volet prévention et hygiène de vie pour éviter que la maladie ne s'installe. Mais en 2014 et depuis plusieurs années déjà, la maladie est génératrice de profits colossaux pour les industries pharmaceutiques.

 

 

Qui est assez stupide pour croire que ces multinationales qui gagnent des milliards par an viennent un jour nous dire qu'elles ont trouvé le médicament miracle qui va tous nous soigner et qu'ensuite elles pourrons mettre la clé sous la porte, heureuse d'avoir participé à préserver la santé de tous les êtres ? Bien évidemment tout le monde est conscient que la maladie est dans l'intérêt de ces multinationales dont les objectifs financiers ne sont un secret pour personne.

 

 

À partir de là comment imaginer que ces multinationales travaillent vraiment à notre santé ? La connaissance acquise sur le corps humain permet aujourd'hui de transformer l'homme en chair à profit. Des l'instant qu'on a compris comment fonctionne les équilibres du corps et comment perturber ces équilibres pour que la maladie s'installe, il ne suffit plus que de faire en sorte que la santé soit altérée pour pouvoir vendre des médicaments. Alors bien sûr les multinationales ne vont pas directement rendre malade la population. Elle n'en a pas besoin. Le cupidité faisant de la quête du profit une finalité en soit, d'autres vont s'en charger. Pour comprendre ce mécanisme, il suffit de regarder ce qui c'est passé avec la viande et le lait par exemple.

 

 

Il serait malhonnête de dire que la viande et le lait nous aient été imposés pour faire du profit. Non ! Après la guerre et la famine, c'était un vrai marqueur de fin de crise que de consommer de la viande et du lait. En occultant l'aspect compassionel envers les animaux qu'on sacrifiait, on peut dire que cela partait d'une bonne intention. Mais très vite, au fur et à mesure que la consommation de lait et de viande augmetait, les consultations chez le médecin connurent un vrai boum. On s'interroge, on cherche à comprendre et très vite on réalise... L'aubaine est trop belle pour la laisser passer, c'est le graal de toute personne qui se lance dans le commerce, trouver une martingale qui fonctionne toute seule.

 

 

Inutile de crier à la théorie du complot, tout ceux qui vont en tirer un vrai bénéfice ont réaliser sans avoir à se concerter qu'il était plus sage de se taire et faire comme si de rien n'était, les gens qui ont les mêmes intérêts se comprennent sans parler. À partir de là l'industrie pharmaceutique se lance dans l'enseignement de la nutrition et met en place un système archi-complexe pour que le commun des mortel soit complètement perdu. On commence à parler de nutriments, de protéines, d'acides aminées, de vitamines, oligo-éléments etc. On nous dit que pour être en bonne santé il faut résoudre une superbe équation avec toutes ces inconnues, bref, pour manger, il faut maintenant une encyclopédie et une calculatrice. Mais dans sa grande bonté l'industrie pharmaceutique nous donne une solution simple :

 

 

Mangez de la viande et buvez du lait

 

On insiste sur les bénéfices de ces deux aliments en passant sous silence leurs effets négatifs. À coup de matraquage publicitaire, de réglementations en tout genre on conditionne la population à se croire plus proche du carnivore que de l'herbivore ( et ça fonctionne plutôt bien ).

 

Les lobbies pharmaceutiques, de la viandes, du lait se retrouvent donc dans une même dynamique, les industries pharmaceutiques à qui on prête volontiers la volonté de s'occuper de notre santé nous disent qu'il faut consommer viande et lait pour être en bonne santé. Comme on pense qu'ils n'ont rien à voir avec les lobbies alimentaires on les croit. Les lobbies alimentaires peuvent donc se mettre à produire encore et encore pour satisfaire la demande provoquée par le lobby pharmaceutique qui en retour se retrouve avec une société malade qu'il faut soigner. Alors qu'on pensait dans les années 80 que la maladie n'existerait plus en l'an 2000, on est aujourd'hui résignés à accepter que la maladie est une fatalité permanente. La boucle est bouclée, chacun y trouve son compte, l'humain est devenu une chair à profit.

 

 

On aurait pu imaginer que l'état mette des garde-fous et dise stop à cette machine infernale qui vide les caisses de la sécu et donc les caisses de l'état, mais là encore sans qu'il soit besoin de parler pour s'entendre on comprend très vite qu'il vaut mieux se taire et laisser faire. Le libéralisme s'imposant de plus en plus dans l'appareil de l'état, la seule façon d'imposer le modèle libéral est d'endetter l'état pour qu'il soit contraint de mettre un terme à son modèle social et permettre ainsi la privatisation de tout ce qui pourrait être sous le contrôle de l'état.

 

 

Si on regarde le plan cancer aujourd'hui, il n'est pas là pour s'attaquer aux causes que beaucoup connaissent mais bien pour chercher des traitements à vendre aux malades pour entretenir cette martingale. On commence même à communiquer que bientôt on pourra guérir tous les cancer alors qu'on ne communique jamais en disant bientôt on empêchera tous les cancers d'apparaître. Sauf si la solution peut être financièrement lucrative comme le vaccin contre le cancer du col de l'utérus où là, en rendant obligatoire la vaccination de toutes les femmes on s'assure des milliards de revenus chaque annee.

 

 

On pourrait encore parler de ces mécanismes subtiles par lequel bon nombres de lobbies s'enrichissent sur la santé des gens, mais par cet exemple on comprend le principe et il n'est évidemment pas unique. Le sucre, les OGM, les pesticides etc.

 

 

Fort heureusement plusieurs personnes ont réalisé que ce qui se passait n'avait rien de logique. L'homme n'a pas besoin d'une calculatrice pour manger, ni même de faire polytechnique pour avoir une alimentation équilibrée. Jusqu'à présent les personnes qui remettaient en cause le modèle imposé étaient juste raillés et pris pour des illuminés. Manque de bol, les gens ne sont pas dupes et voient très bien que les illuminés ne sont pas autant malades qu'eux, que finalement leur santé est plutôt bonne et que leur qualité de vie est significativement améliorée. La machine est en train de se gripper, les consommations de viande et de lait chutent et sont de plus en plus montrées du doigt, il fallait réagir. La peur des carences arrivant à son terme et produisant moins d'effet que par le passé il fallait attaquer sur d'autres terrains. Il faut dire qu'avec le contenu des rayons des compléments alimentaires, qui peut encore avoir peur des carrences ?On attaque donc sur un autre terrain. On commence par dire que les végétariens et végétaliens souffrent d'un trouble du comportement : l'orthorexie, ensuite on distille savamment via le web, des pseudos témoignages de "jeunes mamans" élevées ( au bon grain ?) par des parents soucieux de manger bio, qui nous expliquent que finalement elles sont beaucoup plus malades que leurs congénères nourrit à la viande et au lait. Si on analyse leurs témoignages on relève évidemment toutes les incohérences et les anachronismes, mais peu importe. Pour le commun des mortels inutile de vérifier les dires, le label " jeune maman " est à la science ce que le label " bonne maman " est à la confiture...

 

 

Nul doute que ces attaques en règles ne seront pas les dernières. Les enjeux financiers sont énormes, il est hors de question de tuer la poule aux œufs d'or, tout sera fait pour sauver le modèle de nutrition actuel.

 

 

Il appartient à chacun de prendre le recul nécessaire et de regarder comment les éléments que nous avons l'habitude d'appréhender de manière isolée interagissent entre eux. Ce qu'il faut comprendre c'est que la maladie est devenue la clé de voûte d'une économie génératrice de profit et que cette économie n'a strictement aucun intérêt à ce que nous soyons en bonne santé. À partir de là, si nous voulons être en bonne santé, nous n'avons pas d'autre choix que de la prendre en main et de chercher à comprendre ce que sont ces équilibres du corps humain et comment les préserver afin d'éviter la maladie. Quant à savoir comment on perturbe ces équilibres, c'est très facile il suffit de regarder nos modes de vie...

 

 

Prenons soin de nous.

 

maladie lucrative

Puisque l'actualité m'en donne l'occasion, s'il nous vient à douter de la puissance des lobbies pharmaceutiques interrogeons nous sur ce cas très médiatique des deux médecins auteur du livre " 4000 médicaments inutiles et dangereux " qui se sont vu sanctionner pour avoir osé remettre en cause tout ce système.

De même, que penser de ce chirurgien américain, spécialiste des maladies cardiaques qui jette l'éponge après 25 ans pour se focaliser sur l'essentiel, la prévention par une nourriture saine.

26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 12:31

La nature est belle, sauvage et nous semble parfois cruelle. Qu'un animal naisse avec une faiblesse, un handicap, à proximité d'un prédateur qui a faim et ses chances de survie sont fortement compromises. Il arrive même que ce soient ses propres parents qu'ils le mangent si leur survie est en danger.

 

 

En tant qu'humain, tous ces comportements, ces fatalités, nous les avons rejetés en bloc. Dans notre société nous maximisons les chances de survie de chaque enfant qui nait, même s'il nait handicapé ou malade. Ce qui vaut pour les enfants vaut aussi pour les personnes âgées ou accidentées. Nous augmentons les chances de survie là où la nature ne leur en laisserait aucune.

 

 

Nous faisons tout ça car nous avons un idéal d'Humanité. Notre libre-arbitre nous fait choisir l'entraide au chacun pour soi, le respect à l'indifférence. Nous savons que ces comportements nous rendent plus humains et nous éloignent du monde "sauvage et sans pitié".

 

 

Pour autant, dès qu'il s'agit de justifier notre consommation de la viande, nous nous retranchons de manière compulsive derrière l'image du lion et de la gazelle. Nous justifions l'horreur de l'holocauste que nous faisons subir aux animaux que nous consommons en prenant à témoin le lion qui lutte pour sa survie. Au-delà de l'aspect prétentieux d'une telle comparaison, il est difficile de comprendre pourquoi on s'appuie sur celle-ci. En effet, nous sommes incapable de chasser à main nue. Nous sommes incapable de déchirer la peau d'un animal avec nos dents, incapable de nous réjouir et de saliver devant une carcasse encore fumante et dégoulinante de sang, incapable de consommer la chair froide baignant dans son sang. Nos canines ridicules ( dont nous pensons qu'elles valident notre nature carnivore) rendraient mort de rire le plus petit des lionceaux. Bref, nous n'avons strictement rien en commun avec sa majesté le lion. Mais cette image à la vie dure car elle résulte d'un conditionnement récurrent dans notre éducation. Il nous faut même changer les mots, ne plus parler de carcasse ou cadavre mais de viande. On a créé le mot viande pour parler d'un morceau de cadavre.

 

 

Si l'homme en situation de survie est capable d'aller jusqu'au cannibalisme, nous concevons sans peine que le cannibalisme est hors du champ de la normalité. Et ce n'est un scoop pour personne, nous ne sommes plus en situation de survie. Le paradoxe c'est que si consommer de la viande nous a aidé à survivre à une époque, aujourd'hui consommer de la viande met clairement notre survie en danger. Alors pourquoi s'obstiner ?

 

 

Pourquoi s'obstiner à entretenir cette incohérence qui consiste à bannir les comportement sauvages et entretenir et développer à l'extrême l'horreur de l'industrie de la viande ? Car soyons lucides, l'industrie de la viande est devenue bien plus cruelle que toute la cruauté que la nature aurait pu imaginer. Le lion ne tue que s'il a faim. Alors que nos comportements par ailleurs tendent à élever notre humanité, l'industrie de la viande nous rabaisse à l'être le plus cruel de la création. Tout nos progrès moraux, éthiques et spirituels se voient anéantis dans les abattoirs et nos assiettes. Nous torturons comme aucun être ne torture, nous tuons comme aucun être ne tue et le plus cruel et absurde dans tout cela, sans aucune réelle nécessité...

 

 

Le sens du progrès, de l'évolution doit nous rendre plus éthiques, plus compatissants, plus humains puisque nous souhaitons nous différencier des animaux sauvages. Nous devons faire de la planète un havre de paix pour tous les êtres sensibles et non un immense abattoir.

 

 

Faisons du respect de la vie notre leitmotiv pour un avenir meilleur.

Nous ne sommes pas des lions
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 12:18

Les initiatives qui tendent à ressembler les hommes seront toujours préférables à celles qui les divisent. Le monde est composé d’une variété de cultures différentes. Chacune disposant souvent d’une alimentation spécifique avec des aliments à privilégier et d’autres à éviter. A partir de là on pourrait penser qu’il est difficile de rassembler des gens aux cultures si diverses autour de la même table. C’est en cela que l’initiative « Manger ensemble » est remarquable. Après un long travail de synthèse parmis toutes les cultures, il en ressort un tableau qui contient les aliments que tout le monde peut manger. Végans, végétariens, végétaliens, omnivores, bouddhistes, chrétiens, musulmans, hindouistes, etc. Exception fait des problèmes d’allergie. Ainsi, tout plat préparé à partir de les ingrédients listés dans le lien ci-dessous est d’office un plat quasi-universel.


Ce tableau facilite grandement la tâche si vous ne savez pas ce que vos invités peuvent ou non manger. Plus de question à se poser, le travail de sélection est déjà fait. Chacun peut donc exercer sa créativité à partir des ingrédients selectionnés. Et la créativité, les cuisiniers n’en manquent pas !


Ce que nous mettons dans notre assiette conditionne grandement le monde de demain. Si nous n’en prenons pas conscience, nous pouvons faire de notre fourchette une arme de destruction massive. Grâce à cette initiative, nous pouvons agir pour le mieux vivre ensemble. Nous faisons de notre assiette un symbole de fraternité entre tous les peuples. Cette initiative mérite toute notre attention.


Bon appétit.

cliquez sur le lien ci-dessous pour découvrir la liste des ingrédients de manière plus lisible..


http://www.dietethics.eu/fr/recettes/ingredients.php

Manger ensemble

L'affiche peut être téléchargée à l'adresse suivante

Published by Genfi - dans Nutrition
commenter cet article